Inscription newsletters :

Partenaires

UTP

L’Union des Transports Publics et Ferroviaires

FNTV

Fédération Nationale des Transports de Voyageurs

KLESIA

Protection et innovation sociales

FER DE FRANCE

Lieu d'échange et de rassemblement de la filière ferroviaire française

AFTRAL

Organisme de formation créé par les professionnels pour les professionnels

Charte de déontologie

La présente charte a pour objet de définir les principes fondateurs de MobiliCités.com, son statut et sa ligne éditoriale.


MobiliCités a été créé en 2010 à l’initiative de l’Union des Transports Publics et ferroviaires avec des partenaires du secteur de la mobilité : la Fédération Nationale des Transports de Voyageurs (FNTV), rejoints en 2013 par Klesia.


ENGAGEMENT DES PARTENAIRES

C’est un portail communautaire. En apparaissant sur le site, les partenaires s’affichent en faveur de la mobilité collective et de l’intermodalité. Cet affichage reflète leur engagement dans cette démarche qui, passant du transport public à la mobilité, agrège les différents métiers pour mieux répondre à la demande des voyageurs (stationnement, transport urbain et ferroviaire, transport interurbain, information voyageurs....).


Les partenaires ne sont pas créateurs de contenu. Ayant défini la ligne éditoriale, ils respectent la liberté des journalistes. Ils peuvent faire remonter de l’information vers l’équipe de rédaction qui fournit un travail journalistique de vérification de l’information, de tri puis de traitement qualitatif. Les articles de Hantimes engagent les journalistes signataires et non pas les partenaires. Les partenaires se réunissent une fois par an pour en faire l’évaluation.


ENGAGEMENT DES JOURNALISTES

La rédaction et l’animation du site sont confiées à une équipe de journalistes indépendants, salariés de la société d’édition Institutionnel Médias. Les journalistes souscrivent à la charte des devoirs professionnels des journalistes français (voir ci-dessous). Par leur contribution à MobiliCités, ils s’engagent au respect de la ligne éditoriale, c'est-à-dire la promotion de la mobilité collective vs la mobilité individuelle.


Dans le cadre de la charte de déontologie des journalistes, les interviews publiées sous forme "Questions-réponses" sont relues par les personnes interrogées dans le seul but d'éviter toute erreur factuelle ou de compréhension. Si la personne interviewée modifie substantiellement la teneur de ses propos, le journaliste peut, avec la direction de la rédaction, refuser de publier l'entretien.


PROTECTION DE LA MARQUE MOBILICITÉS ET DES DROITS

La marque MobiliCités ne doit pas être utilisée dans un cadre incompatible avec les valeurs du site. Toute utilisation de la marque MobiliCités doit faire l¹objet d’un accord préalable de la société d’édition.


Toute reprise d¹article de MobiliCités doit faire l’objet d’une demande explicite à la rédaction de MobiliCités.

Droits de réponse et rectificatifs : Les droits de réponse sont publiés conformément à la loi. Tout journaliste concerné par la publication d'un droit de réponse doit être informé avant la dite publication. Il en va de même pour les rectificatifs.



CHARTE DES DEVOIRS PROFESSIONNELS DES JOURNALISTES FRANCAIS

La Charte des devoirs professionnels des journalistes français a été initialement rédigée en juillet 1918 puis révisée en janvier 1938.

Un journaliste :

  • prend la responsabilité de tous ses écrits, même anonymes ;
  • tient la calomnie, les accusations sans preuves, l’altération des documents, la déformation des faits, le mensonge pour les plus graves fautes professionnelles ;
  • ne reconnaît que la juridiction de ses pairs, souveraine en matière d’honneur professionnel ;
  • n’accepte que des missions compatibles avec la dignité professionnelle ;
  • s’interdit d’invoquer un titre ou une qualité imaginaires, d’user de moyens déloyaux pour obtenir une information ou surprendre la bonne foi de quiconque ;
  • ne touche pas d’argent dans un service public ou une entreprise privée où sa qualité de journaliste, ses influences, ses relations seraient susceptibles d’être exploitées ;
  • ne signe pas de son nom des articles de réclame commerciale ou financière ;
  • ne commet aucun plagiat, cite les confrères dont il reproduit un texte quelconque ;
  • ne sollicite pas la place d’un confrère, ni ne provoque son renvoi en offrant de travailler à des conditions inférieures ;
  • garde le secret professionnel ;
  • n’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée ;
  • revendique la liberté de publier honnêtement ses informations ;
  • tient le scrupule et le souci de la justice pour des règles premières ;
  • ne confond pas son rôle avec celui du policier.

Le Syndicat national des journalistes est à l'origine de ce texte, qui est aussi été approuvé depuis par les deux autres principaux syndicats de la profession, le Syndicat national des journalistes CGT et l'Union syndicale des journalistes CFDT.
here