Dans un communiqué du 4 novembre 2011, la CFDT précise que la journée d'action se traduira par des rassemblements devant la gare de Perrache à Lyon et devant l'assemblée plénière des Assises du ferroviaire à Paris le 15 novembre, de midi à 16h.

Elle invite les conducteurs de trains "qui ne pourront pas se déplacer à faire usage du sifflet de leur engin moteur durant 30 secondes à 12h précises".



"Dumping social"

Les Assises du ferroviaire ont débuté le 15 septembre 2011 et doivent se poursuivre jusqu'en décembre, avec des séances plénières mensuelles en présence de la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet et du ministre des Transports, Thierry Mariani. Elles se consacrent notamment aux conséquences de l'ouverture à la concurrence (lire l'article).

Pour la CFDT cheminots, "le but recherché, par tous les acteurs responsables, doit être la sortie du dumping social (...) Depuis l'ouverture à la concurrence du fret ferroviaire et à l'aube de celle du secteur voyageurs, les salariés du privé n'ont jamais vu leurs conditions sociales s'améliorer", selon le syndicat. "Quant à ceux de l'entreprise historique (la SNCF, ndlr), ils ont vu leur outil de travail se dégrader au même rythme que les effectifs s'effondraient".

Pour la CFDT, "l'ensemble des cheminots du public et du privé doivent faire front commun pour combattre toute velléité gouvernementale de revoir à la baisse les conditions sociales et de travail du secteur ferroviaire pour faciliter l'ouverture à la concurrence".

avec AFP