A l'heure de la rigueur et du crédit rare, la nouvelle a de quoi réjouir. Jean Paul Huchon n'a pas manqué de le relever : "C'est assez particulier de signer avec des banquiers aujourd'hui", a commenté le président du Stif, l'autorité organisatrice des transports franciliens.

Le contrat, conclu après plusieurs mois de négociations, par le Syndicat des Transports d'Ile de France, la RATP, la Banque européenne d'investissement (BEI) et diverses entités de la BPCE (1), va permettre à la Régie de se payer 107 rames de tramway, sans alourdir son endettement (5 milliards d'euros).

 
Investir sur le long terme

"Il est important en ces temps de crise de voir que nous sommes capables d'investir sur le long terme à un taux d'intérêt fixe particulièrement intéressant de 3,6% par an", s'est réjouit Philippe de Fontaine Vive Curtaz, vice président de la BEI.

"Quand les dossiers sont bons il y a de bons prêteurs", a renchéri Pierre Mongin. Pour le président de la RATP la présence de la Banque européenne d'investissement n'est pas un hasard : "Le transport public est au cœur même du projet 20/20/20 sur le changement climatique de la Commission européenne. Nous cochons toutes les cases du dossier : lutte pour l'environnement, innovation technologique et soutien à l'industrie européenne, et  cohésion sociale".
 

107 rames de tramway

Ce contrat concerne l'équipement en matériel roulant des nouvelles lignes T5 (Garges-Sarcelles-Saint Denis), T6 (Viroflay-Montrouge), T7 (Villejuif-Athis Mons) et T8 (Saint-Denis-Epinay sur Seine) et le prolongement de T3, le tramway du boulevard des Maréchaux, de la Porte d'Ivry à la Porte de la Chapelle.

Il prendra la forme de deux contrats de crédit-bail structuré. Le refinancement sera assuré à hauteur de 300 millions d'euros par un prêt à long terme sur ressources de la BEI, accordé au Crédit Foncier de France. Le solde du financement est apporté par le Crédit Foncier de France, la Caisse d'Epargne Ile-de-France et la Caisse d'Epargne du Rhône.

 
Crédit-bail

La formule du crédit-bail est une opération par laquelle un établissement de crédit achète un équipement, qu'il loue ensuite pour une durée donnée à une entreprise. Laquelle verse en contrepartie un loyer annuel. Dans le cas de ce contrat, la durée a été fixée à 33 ans. C'est la RATP qui paiera ces loyers. Une somme qui lui sera intégralement remboursée par le STIF.

Selon la RATP, citée par l'AFP, les loyers annuels devraient s'élever à 20 millions d'euros et progresseront de 1,60% par an.

Cette opération est également la première application de la loi ORTF relative à l'organisation et à la régulation des transports ferroviaires, qui prévoit que le Stif deviendra propriétaire du matériel roulant et que le monopole de la RATP sur l'exploitation des tramways franciliens tombera en 2029.

Robert Viennet

(1) Caisse d'Epargne Ile-de-France, Caisse d'épargne Rhône-Alpes, Crédit Foncier de France, Natixis, Ingepar.