Outre le nucléaire, un autre dossier divisait le PS et Europe Ecologie les Verts (EELV) : le prix du passe Navigo, la carte de transport sans en Ile-de-France. Après plusieurs mois de tractations, les deux partis de la majorité au conseil régional ont fini par tomber d'accord.

Dès samedi 3 décembre à la mi-journée, Cécile Duflot, chef de file EELV à la région, se félicitait sur de l'accord, l'entourage du président PS Jean-Paul Huchon parlait encore de "négociation".
Finalement, un terrain d'entente a été trouvé tard dans la soirée, selon la même source.


Vote du Stif le 7 décembre

Cet accord historique lève l'hypothèque qu'avait fait peser EELV sur le vote du budget 2012, qui doit être débattu à l'Assemblée régionale les 14, 15 et 16 décembre. Mais surtout, il trace les grandes lignes d'une réforme en profondeur de la tarification des transports en commun en Ile-de-France, que le projet du métro automatique Grand Paris Express rendait à terme nécessaire.
Ce document sera soumis le 7 décembre au conseil d'administration du Stif, l'autorité organisatrice des transports franciliens.


"Proche" de 62 euros

La formule retenue serait de repousser de 6 mois la mise en place de ce passe Navigo unique : de juillet 2012 (promesse initiale de campagne) au 1er janvier 2013, à un tarif "proche" de celui d'un abonnement pour les zone 1-2 à 62 euros. Cet abonnement à tarif unique permettrait de circuler d'un bout à l'autre de l'Ile-de-France, ce qui débouche sur la promesse d'une réforme en profondeur de la tarification.

Le financement du coût d'un tarif unique, qui n'étranglerait ni les usagers ni les collectivités exsangues (et nombreuses de gauche), passe par une augmentation du versement transport acquitté par les entreprises, et dont le montant est fixé par loi. Une telle réforme ne peut donc se faire sans changement de majorité à l'Assemblée.


Tarif à la carte

Selon Le Parisien, les usagers qui s'étaient fait entendre via la Fédération nationale des usagers des transports (Fnaut), devraient voir plusieurs de leurs idées reprises : la création d'un complément de parcours (tant que le système conserve son découpage en zone) permettant de ne pas payer deux fois un trajet.
Et en test à partir de 2014, un tarif à la carte avec un système d'unités permettant à un usager de ne payer que le trajet qu'il "consomme" ou encore la création d'un "forfait de proximité".

Nathalie Arensonas avec AFP