En clair, à partir du 1er janvier 2012, la TVA à taux réduit passe de 5,5% à 7% sur les tickets d'autocars interurbains. Même "punition" pour les transports urbains et les billets de trains.
"Cette mesure tourne le dos à une logique de développement durable et social (...) malgré les engagements pris lors du Grenelle de l'environnement en faveur du développement des transports collectifs", critique la FNTV.

"La hausse de la TVA va porter atteinte aux budgets des plus modestes, lesquels ne sont pas épargnés en ces temps de crise. Le maintien du régime de TVA à taux réduit à 5,5% aurait constitué un signal fort pour nos concitoyens", poursuit l'organisation professionnelle qui fédère les entreprises autocaristes.

"Les autorités organisatrices de transport verront très certainement leurs budgets augmenter puisqu'elles n'impacteront pas toutes automatiquement leurs tarifs".
La SNCF va répercuter cette hausse sur les tarifs des transports publics. Et en urbain, la Communauté urbaine de Strasbourg a déjà annoncé qu'elle prenait la même décision pour les tarifs des transports publics.
 

Lire aussi notre article du 9 nov. 2011 sur ce sujet : "Hausse de la TVA : une facture de 83 miollions d'euros pour les transports publics"