Le constat est connu. La maintenance du réseau ferroviaire d'Ile-de-France, de loin le plus dense de l'Hexagone, a souffert pendant des décennies de sous-investissement. Depuis 2009, Réseau ferré de France (RFF), en partenariat avec le Syndicat des transports (Stif), la région Ile-de-France et la SNCF, à lancé un programme de modernisation de plus d'un milliard d'euros sur 4 ans. Soit 50% de plus que pendant la période précédente.
Pour la seule année 2012, 300 millions vont ainsi être consacrés à la régénération du réseau. Il s'agit notamment de renouveler 90 km de voies et de remplacer 67 appareils d'aiguillage. Ces travaux seront principalement concentrés sur le réseau Paris Saint-Lazare, l'un des plus anciens et des plus fréquentés de la région. Seront touchées les lignes J, L et les branches Cergy et Poissy du RER A, les RER B, C et D ainsi que les lignes Transilien K, N et P.


Le temps manque

"C'est un gageure que de mener à bien des travaux aussi importants dans une des zones les plus sensibles de notre réseau en créant le moins de perturbations possibles pour les voyageurs", a expliqué François Régis Orizet, directeur régional Ile-de-France de RFF lors d'une présentation à la presse de ces travaux, le 25 janvier 2012.
Car malgré tous les efforts de coordination entre RFF qui planifie les travaux, SNCF Infra qui les exécute et Transilien qui fait circuler 6 200 trains par jour, ces travaux auront un impact non négligeable sur les voyageurs. "Notre personnel (plus de 7 000 salariés) travaille à 80% de nuit et le week-end mais le temps nous manque" se justifie Ronan Leclerc directeur délégué régional SNCF Infra.
Ce que Bénédicte Tilloy directrice de Transilien, résume dans une formule : "Les travaux c'est en Ile-de-France qu'on en a le plus besoin, mais c'est en Ile-de-France qu'on à le moins de temps pour le faire".


Communication tous azimuts

Résultat, certains temps de trajet seront rallongés, des horaires seront modifiés et des dessertes supprimées en fin de soirée ou les week-end, et remplacées par des bus. Sur la ligne J, par exemple, dans le sens Paris Mantes, la limitation de vitesse imposée par ces travaux obligera Transilien à réduire le nombre de trains quotidien et à avancer leur départ de sept minutes, entre le 30 janvier et le 6 mars 2012.
Un gros travail d'information en perspective pour les équipes de Bénédicte Tilloy, qui vont s'appuyer sur tous les canaux de communication dont elles disposent. Heureusement ils sont nombreux : info papier, site web, blogs de lignes et .

Robert Viennet