Annoncée fin avril 2010, l'offre publique amicale d'achat du groupe britannique d'Arriva par l'Allemande Deutsche Bahn devait être bouclée avant la fin de l'été, après sa validation par les actionnaires d'Arriva. C'est chose faite : lors d'une assemblée générale du 17 juin, ils ont approuvé le rachat à une écrasante majorité (plus de 90% des votes).

Cette OPA à un prix de 775 pence, en numéraire, valorise Arriva à 1,585 milliard de livres (environ 1,9 milliard d'euros), sans compter la reprise de dette de 1 milliard d'euros. La SNCF qui lorgnait elle aussi sur ce groupe de transport implanté dans 11 pays européens, n'a finalement fait aucune contre-offensive.


La SNCF regarde passer le train


Avec Arriva dans sa besace, la Deutsche Bahn compte se renforcer sur le secteur du transport routier de voyageurs, avec les perpectives que lui offre la libéralisation des marchés à l'international.
Keolis, filiale de la SNCF, dont les activités semblaient très complémentaires de celles d'Arriva n'aura donc pas arraché le morceau malgré son intéret déclaré pour le ransporteur anglais. Après Transdev qui lui passe sous le nez au profit de Veolia, Keolis aura t-il d'autres occasions à saisir ? Et la SNCF lui en donnera t-elle les moyens ?