La révision du Plan de déplacements urbains d'Ile-de-France (PDU), document stratégique pour penser les modes de déplacements des 12 millions de Franciliens à l'horizon 2020 doit être débattue le 16 et 17 février 2012, lors de la séance plénière du Conseil régional.
"C'est une feuille de route pour la prochaine décennie. On est sur des montants de plusieurs milliards d'euros, dont trois milliards d'investissement de la part de la Région", a fait valoir Pierre Serne (EELV), nouveau vice-président en charge des transports (il remplace Jean-Vincent Placé parti au Sénat).
 

+20% en transports collectifs


Ce PDU rédigé par le Syndicat des transports francilien (Stif) prévoit "quatre nouvelles mesures prescriptives", pour accompagner les objectifs de croissance de 20% des déplacements en transports en commun, de 10% pour le vélo et la marche, et de baisse de 2% des déplacements en voiture ou deux-roues motorisés.
Concrètement, pour rendre bus et tramways plus attractifs, "il est demandé aux gestionnaires de voierie de leur assurer la priorité aux carrefours".
Il faudra aussi une proportion minimale de places de stationnement pour les vélos sur la voirie. Ainsi qu'un nombre de places minimum pour les vélos dans toute construction nouvelle.


Stationnement au bureau

Enfin, il s'agira d'établir des normes maximales, cette fois, de places de stationnement pour les voitures dans les nouveaux bureaux. Selon M. Serne, "toutes les études" montrent que le facteur qui pousse le plus lesgens à utiliser leur voiture entre leur domicile et le travail est d'y avoir une place gratuite.
Ces normes devront être traduites dans les plans locaux d'urbanisme (PLU). mais, a insisté Pierre Serne, "Elles ne seront pas identiques" en tout point du territoire : "plus on s'éloignera d'un transport en commun, moins la norme sera contraignante, et inversement".

Nathalie Arensonas (avec AFP)