Le ministère des Transports britannique a précisé dans un communiqué mi-juin qu'il allait vendre la société "HS1 Limited", qui appartient actuellement à la holding ferroviaire publique London & Continental Railways (LCR).
Cette décision intervient suite à l'annonce de l'ancien gouvernement travailliste, en octobre 2009, de vendre High Speed 1, dans le cadre d'un vaste programme de privatisations. Battu aux élections législatives du 6 mai 2010, sa décision reste d'actualité.

HS1 Limited détient une concession d'une durée de 30 ans pour l'exploitation de High Speed 1, ligne empruntée par l'Eurostar et, depuis 2009, par des trains régionaux (lire l'encadré), ainsi que la gestion des quatre gares situées sur son parcours (St Pancras et Stratford International, à Londres, et Ebbsfleet et Ashford, dans le Kent).

La vente ne concerne que les droits d'exploitation, le gouvernement restant propriétaire de l'ensemble des infrastructures (ligne et gares comprises), précise le ministère. A l'expiration de la concession, l'Etat retrouvera la pleine jouissance de la ligne.


De nouveaux opérateurs en ligne de mire


Le gouvernement n'a pas précisé combien il espérait retirer de cette vente. Le ministre des Transports Philip Hammond se contente de souligner dans le communiqué que l'argent ainsi récolté contribuerait à la réduction du déficit public britannique. Il espère aussi que la vente de la concession à une entreprise privée conduira à l'arrivée de nouveaux opérateurs sur la ligne à grande vitesse.

Une porte-parole d'Eurotunnel, a confirmé à l'AFP que le groupe était intéressé par cette ligne et envisageait de se porter candidat à sa concession, probablement dans le cadre d'un consortium. Eurotunnel avait exprimé dès l'automne 2009 son intérêt pour la ligne à grande vitesse.

La banque australienne Macquarie, qui multiplie les investissement dans les infrastructures, serait également intéressée par cette concession, d'après la presse britannique.