Par exemple, un trajet Sélestat-Colmar passera au 1er juillet de 4,30 euros à 4,40 euros (+0,10 euro) tandis qu'un Nantes-Bordeaux coûtera 45,70 euros au ieu de 44,60 euros (+1,10 euro). Des trajets comme Paris-Amiens et Paris-Rouen augmenteront de 50 centimes et Paris-Blois de 60 centimes.

Le prix des cartes de réduction (Cartes 12-25, Senior, Escapades et Enfant+) reste inchangé pour la deuxième année consécutive, précise la SNCF. dans un communiqué.
La compagnie ferroviaire explique que les hausses de tarifs "permettront de contribuer à la rénovation des trains afin de poursuivre le développement de l'offre et l'amélioration de la qualité de service".

Plus que l'inflation

La Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) rétorque pour sa part que l'augmentation des tarifs annoncée le 25 juin est "supérieure à l'inflation" de 0,9 point, et "n'est relativement modérée qu'en apparence", venant après une hausse de 3,4% en 2009.

Pour la Fnaut, "cette variation importante n'est acceptable que si elle s'accompagne d'une amélioration très significative de la qualité et du niveau de service" et "surtout si elle contribue à pérenniser l'activité de ces trains sur l'ensemble du territoire national".
La Fnaut relève dans un communiqué des "progrès en matière de régularité et d'information en cas de situation perturbée" et note la stabilité des prix des cartes commerciales.
Mais la fédération juge "inquiétant de constater qu'aucune mesure concrète n'est annoncée pour améliorer le volume des services sur les relations transversales".
Pour les TGV, la révision tarifaire annuelle intervient en début d'année. Les tarifs des TGV avaient ainsi augmenté de 1,9% en moyenne le 5 janvier 2010.