Le service de voitures électriques en libre-service Autolib', avec plus de 1 700 véhicules bientôt en circulation en région parisienne, pourrait être à l'équilibre un peu plus vite que prévu, a estimé le 9 mai l'homme d'affaires Vincent Bolloré, dont le groupe fournit les véhicules.
Lors du lancement en décembre 2011 de ce système, M. Bolloré avait estimé qu'il faudrait sept ans pour atteindre l'équilibre financier. "Il est possible que ce soit plus tôt", a-t-il fait savoir lors d'une conférence de presse.


Près de 2 000 Autolib' à l'été 2012

Vincent Bolloré prévoit d'avoir 1 740 voitures électriques, des petites citadines deux places, en circulation à la fin du mois de mai, contre 250 au lancement. Le nombre de stations de recharge a doublé dans le même temps, passant de 250 à 500, selon une présentation. Le nombre montera à 1 050 en octobre 2012.
"Nous devons avoir 15 à 20% du parc européen" de voitures électriques, a estimé M. Bolloré. Le nombre d'abonnés est passé de 5 500 à 15 000 mais, parmi eux, seulement 5.198 ont un abonnement annuel, les autres ayant opté pour des formules à la  journée ou au mois. 75% des abonnés sont des hommes et la moitié ont entre 18 et 35 ans, a
détaillé Morald Chibout, directeur général commercial d'Autolib'.


30 000 abonnés à fin 2012

Pour autant, le nombre d'abonnés annuels devrait fortement augmenter, selon Vincent Bolloré. "Notre objectif c'est 30 000 à la fin 2012 et c'est à 80 000 que nous aurons l'équilibre financier", a-t-il rappelé.
Début mai, les voitures avaient été utilisées 118 000 fois et "nous pourrions avoir la millionième utilisation à la fin de l'année", a-t-il annoncé.
De problèmes ont été rencontrés lors des premières utilisations des voitures, avec des parechocs pas assez résistants et des automobilistes peu habitués aux boîtes automatiques mais "nous avons réussi à supprimer ces défauts de jeunesse", a assuré Vincent Bolloré. Il y a eu très peu d'actes de vandalisme, a-t-il encore relevé, le plus spectaculaire ayant été trois voitures brûlées à Créteil (Val-de-Marne).

Quelque 48 collectivités participent actuellement à Autolib' mais "on souhaite encore élargir ce service à d'autres", a expliqué Samuel Besnard, adjoint au maire de Cachan (Val-de-Marne), dont la municipalité fait partie du projet.

avec AFP