Mais pourquoi diable avoir baptiser une ligne qui relie un aéroport des trains à grande vitesse du nom d'un jeu consistant à jongler à l’aide de deux baguettes reliées par un fil de nylon ?

La nouvelle ligne Diabolo inaugurée le 7 juin 2012 par Albert II relie donc l’aéroport de Bruxelles aux lignes à grande vitesse Bruxelles-Anvers et Bruxelles-Louvain-Liège-Cologne. Auxquelles s’ajoute la LGV Nord Europe de Paris jusqu’à Bruxelles.

Ce qui met directement en relation les trois aéroports de Roissy Charles-de-Gaulle, de Bruxelles National et d’Amsterdam Schiphol. A une heure l'un de l'autre. Ces trois plateformes aéroportuaires totalisent bon an mal an près de 130 millions de passagers et plus de 4 millions de tonnes de fret.

Nouvelle gare souterraine

Le Diabolo devrait aussi avoir d’importantes retombées sur les accès aéroportuaires de Malines et d’Anvers, voire de l’extrême sud des Pays-Bas. Les deux villes se trouvent désormais respectivement à dix et trente minutes de l’aéroport, soit un gain de temps de trente minutes.

En 2006, une première étape du projet avait déjà permis à Louvain et à Liège de bénéficier de connexions ferroviaires directes avec l’aéroport avec des temps de trajets écourtés de 15 à 40 minutes. La ligne classique vers Bruxelles n’est pas modifiée mais elle bénéficie de la nouvelle gare souterraine de l’aéroport. Elle est passée d’une modeste gare terminus à une gare de passage avec une surface multipliée par sept. Ses trois voies et ses deux quais de 425 mètres de long peuvent accueillir des TGV et des ICE.


1er PPP ferroviaire en Belgique


Pas moins d’une dizaine de ponts et de viaducs totalisant près de deux kilomètres ont été construits pour ce projet, et un double tunnel de plus d’un kilomètre a été foré sous les pistes de l’aéroport. Une partie du tracé de la ligne a été réalisé sur la bande centrale de l’autoroute A19 avec un accès complexe en viaduc.
D’ici à 2016, deux opérations complémentaires achèveront le Diabolo. En 2015, la liaison souterraine Watermaël-Josaphat- Schuman, intégrée dans le futur RER bruxellois, reliera directement l’aéroport au quartier des institutions européennes. En un quart d’heure.
Et en 2016, le "bypass" de Malines sera mis en service : deux voies supplémentaires sur lesquelles pourront circuler les trains directs Anvers–aéroport et le futur RER.

C’est le premier partenariat public privé (PPP) ferroviaire conclu en Belgique. D’une durée de 35 ans, il associe Infrabel (l'équivalent de Réseau ferré de France en Belgique) à la société Northern Diabolo qui réunit différents investisseurs et constructeurs (dont le groupe français Vinci) et apporte 290 millions d’euros sur les 678 millions d'investissement.

Michel Chlastacz

Le tracé du Diabolo :