Keolis qui a remporté début 2012 l'exploitation du réseau des transports publics d'Orléans (TAO) contre le candidat sortant Veolia Transdev (lire "Sur le même sujet" ci-contre), a un sacré défi à relever d'ici à 2018 : porter la fréquentation à près de 33 millions de voyageurs, soit 25% de plus qu'aujourd'hui.

L'arrivée de la deuxième ligne de tramway, CLEO devrait aider la filiale de la SNCF à atteindre cet objectif. Elle sera inaugurée le 29 juin 2012 sur 11,2 kilomètres, selon un tracé est-ouest. Douze ans après la première ligne qui circule du nord au sud de la ville. Ces deux axes perpendiculaires vont se croiser dans le centre d'Orléans.

Tous les équipements structurants de l'agglomération (22 communes, 275 000 habitants) seront alors desservis par le tram.
"Ce tram est à la fois un projet de transport et d'aménagement urbain. CLEO va en effet relier au centre-ville deux quartiers en  urbain. Un vrai facteur de cohésion sociale", commente Charles-Eric Lemaignien, président de la communauté d'agglomération (et candidat malheureux dans le Loiret aux législatives de juin 2012).


Pas au milieu des vergers

Tous les quartiers d'habitat collectif sont desservis par les deux lignes de tram, mais contrairement à la première ligne "construite au milieu des vergers", commente l'élu d'Orléans, CLEO évolue en zone urbaine très denses et traverse cinq communes de l'agglomération.
D'où le nombre de stations, 25 pour 11 kilomètres de ligne, contre 24 pour les 18 kilomètres de la ligne 1 qui dessert l'hôpital et la gare des Aubray (photo) et est empruntée chaque jour par 45 000 voyageurs. Selon les estimations de l'autorité organisatrice des transports, CLEO devrait en transporter entre 22 000 et 25 000.


395 millions d'euros d'investissement

Certaines rames CLEO (construites par Alstom) devraient venir en renfort sur la ligne 1. Sur les 21 rames Citadis, quatre seront gardées en réserve pour absorber les pics de trafic de la première ligne. "L'inverse ne sera pas possible car dans le centre historique, CLEO est alimenté par le sol sur un tronçon de 2,2 km. Un choix guidé à la fois pour des raisons techniques et esthétiques", indique l'élu. La ligne 2 du tram passe en effet devant la cathédrale Sainte-Croix... Pas questions d'installer des caténaires.
Au total, le projet se chiffre à 395 millions d'euros (valeur 2012). Ce qui couvre les acquisitions foncières, le matériel roulant, la construction de la plate-forme, le centre de maintenance, les aménagements urbains, et paysagers, la construction du park & ride pour amener les automobilistes à garer leur voiture au terminus de la ligne pour emprunter le tramway afin de se rendre à Orléans.



Christine Cabiron (avec Nathalie Arensonas)