"Ne pas se laisser déborder par les principes des autres"

Interrogé par Hantimes lors de sa visite au Salon européen de la mobilité, début juin à Paris, sur la suite qu'il comptait apporter aux conclusions des Assises ferroviaires et la date de lancement annoncée - 2014 - pour expérimenter l'ouverture à la concurrence des TER et des Trains d'équilibre du territoire, Frédéric Cuvillier avait répondu : "Je ne suis pas persuadé que ce soit la question la plus urgente. Il y a peut-être eu une obsession d'ouverture à la concurrence (par la précédent gouvernement, ndlr), il faut que l'on prenne les choses dans l'ordre et ne pas nous laisser déborder par les principes des autres. Ce qui nous intéresse,  c'est la qualité de services et les enjeux industriels du secteur ferroviaire".

Dans un communiqué du 27 juin au soir cité par l'AFP, Frédéric Cuvillier est tout aussi prudent : "La question de l'ouverture à la concurrence n'est pas un préalable à des évolutions nécessaires pour améliorer le transport ferroviaire de voyageurs".

Le ministre des Transports indique qu'il va examiner "avec la plus grande attention" les propositions du Cese. Rappelant que la question de la concurrence sera traitée au niveau européen. "Il ne s'agit pas d'aller au devant des obligations qui seront imposées dans ce cadre".

Nathalie Arensonas

(1) 163 votants, 25 abstentions, 136 votes pour, 2 contre.