Une semaine après le pétard mouillé de la wifi gratuite dans certaines stations du métro et RER parisiens annoncé par l'Espagnol Gowex (lire), l'opérateur au carré rouge annonce avoir signé un accord avec la RATP, suite à l’'appel à candidatures lancé au printemps par la Régie.
Dès septembre 2012, SFR va proposer, à ses abonnés, de la 3G dans deux pôles : Châtelet et Gare de Lyon: sur les quais, dans les couloirs, et très attendu des voyageurs, à bord des trains. Par la voix de son directeur général des réseaux, Pierre-Alain Allemand, SFR promet "une qualité de connexion optimale".


Accord non exclusif

La RATP, via sa filiale télécom, Telcité/Naxos a déployé ses antennes sur lesquelles viendront se raccorder les équipements 3G et 4G (connexion encore plus rapide) de SFR qui paie à l'opérateur de transport une redevance annuelle (montant non communiqué) pour utiliser ses infrastructures passives.
SFR est le premier opérateur à signer avec la RATP qui attend d'autres candidats et d'autres redevances pour amortir ses investissements : "Nous formons le souhait que les autres opérateurs puissent rejoindre au plus vite les infrastructures du métro et du RER et offrir ainsi à leurs abonnés le même type de service", indique Emmanuel Pitron, secrétaire général de la RATP.

A la rentrée, les détenteurs de smartphones et de tablettes vont donc théoriquement pouvoir bénéficier des services internet mobile lors de leurs déplacements sur ces deux pôles. L'’intégralité des stations de la ligne 1 du métro (Château de Vincennes- La Défense) et la grande majorité des gares des lignes du RER A et B seront couvertes en 2013, selon les deux opérateurs.

D’ici à fin 2014, SFR s’est engagé à équiper en 3G et en 4G les 170 principales stations du réseau (métro et RER) proposant le service à 75% des usagers de la RATP. La totalité des stations du réseau de transport parisien et de proche banlieue sera équipée d'’ici fin 2015, promet-il.

Et les vols à la tir alors ?

"Le métro parisien, qui avait déjà innové dès 2000 en réalisant une première mondiale avec l’introduction de la 2G (GSM), va se retrouver à nouveau au meilleur niveau de connectivité du monde, à égalité avec les réseaux asiatiques les plus récents", observe Pierre Mongin qui assure par ailleurs que le développement de la 3G et de la 4G n'aurait "aucun impact amplificateur en matière d'ondes". "Nous sommes très largement en dessous des normes", avance le patron de la RATP. Soit soit 41 V/m pour la 2G.
Et met en avant sa commission de suivi de veille sanitaire, en place depuis 2006, qui pourrait "réaliser des mesures si nécessaire".

Interrogé sur le risque de recrudescence des vols de smartphones dans le métro avec cette nouvelle tentation à les utiliser pour surfer sur internet pendant ses déplacements, Pierre Mongin a répondu qu'il ne fallait pas céder à cette peur-là et que "la menace de prédation sur ces objets précieux était en train d'évoluer depuis les dispositifs de neutralisation des portables volés".

en 2010, il y a eu près de 160 000 vols dont la plupart avec violence. Le ministère de l'Intérieur avait donc décidé en 2011 de mettre en place ce dispositif de neutralisation qui permet aux opérateurs de bloquer les cartes SIM, mais aussi de neutraliser à distance un téléphone volé dans les 24 heures, en le rendant totalement inutilisable.

Nathalie Arensonas