40 000 transfrontaliers quotidiens dans la gare

Plus pragmatique, le chef de projet explique la fonction de la gare revue et corrigée : "Tous les jours, 55 000 personnes transitent par la gare de Luxembourg, dont 40 000 transfrontaliers qui viennent y travailler (le pays est aux confins de la France, de l'Allemagne et de la Belgique ndlr) : le ballet des trains, bus et cars est réglé comme du papier à musique selon des horaires cadencées. La mission que nous a confiée TFL était donc de créer un nouveau pôle d'échanges intermodal permettant aux voyageurs de sauter du train aux modes routiers de manière très fluide", observe l'architecte.
Un jour, peut-être, ils pourront aussi sauter dans le tram qui ira desserir les institutions européennes sur le plateau du Kirchberg, le vaste parvis tapissé de pierre du Hainaut devant la gare semble même avoir anticipé son arrivée. Un autre projet, celui d'un tram-train pour desservir l'aéroport est dans les cartons. Mais visiblement, la crise des finances publiques ne s'arrête pas aux frontières du grand Duché et ces deux projets sont au point mort.

En attendant, la filiale de la SNCF qui réalise près de 20% de son chiffre d'affaires à l'international doit livrer trois nouvelles gares en 2013 et 2014 : celles de Turin, Bombay et Tsingtao, ancien comptoir allemand en Chine.

Nathalie Arensonas