Soixante-quinze voix pour, 15 absentions : "Ce projet a été très majoritairement adopté puisqu’il n’y a pas eu de vote contre", se félicite Thierry Bonté, vice-président d’Amiens métropole, en charge des transports.
"Les absentions portent sur des réserves liées au financement du projet. Les élus attendent d’en savoir plus pour se prononcer de façon un peu plus durable", explique l'élu amiénois qui, fin novembre 2012 avait confié à MobiliCités, qu'un "consensus" avait été trouvé pour ce projet.


Groupement d'achat avec Caen ?

Tracée sur un axe Nord/Sud, sur un parcours d’environ 10 kilomètres, cette ligne de tramway sur fer devrait être mise en service à l’horizon 2018. Coût de l’opération : 200 millions d'euros (HT). D’ores et déjà, la capitale picarde a engagé avec Caen des "discussions exploratoires" en vue de créer un groupement de commande pour l’achat des rames.
"Il y a une volonté manifeste de travailler ensemble car nos calendriers correspondent. Mais pour l’instant nous devons examiner les caractéristiques des deux projets et étudier si c’est vraiment pertinent de passer une commande groupée."

Se pose en effet la question du choix de la longueur du matériel roulant. Dans le projet initial, Amiens a opté pour des 23 rames de 24 mètres. "Nous allons certainement évoluer sur ce point pour des questions de capacité liées aux objectifs de fréquentation.", confue l'élu local.

Christine Cabiron