Ce prêt de 200 millions viennent couvrir pour moitié l'acquisition par la région de 40 TER Regio2N, rames électriques à deux étages construites par Bombardier qui doivent être progressivement livrées au réseau ferré rhône-alpin entre 2014 et 2016. Elles devraient être affectées sur deux lignes à fort trafic : Saint-Etienne-Lyon-Ambérieu, et Villefranche-Lyon-Vienne.

Il a été signé le 8 février 2013  Jean-Jacques Queyranne, président de la région Rhône-Alpes, et Philippe de Fontaine-Vive, vice président de la Banque européenne d'investissement (BEI qui finance à taux réduit des projets de développement au sein de l'Union européenne).

Il s'agit d'un prêt sur 30 ans (autour de 3% de taux d'intérêt), une période relativement longue sachant que généralement, les régions ont du mal à d'emprunter sur les marchés pour des périodes supérieures à 15 ans. Rhône-Alpes a la possibilité de mobiliser l'argent au fur et à mesure des livraisons de rames. Le reste de la facture, s'élevant à 400 millions d'euros, devrait être acquitté grâce à des emprunts classiques.

En 2012, les TER rhône-alpins ont transporté 140 000 passagers quotidiens, sur un réseau de près de 2 500 kilomètres de voies ferrées. En quinze ans, la région a déjà investi près de deux milliards d'euros dans le renouvellement du matériel ferroviaire.

Aubin Busalb