Ce sont avant tout des mesures d'urgence. Alors que Matignon doit révéler le 6 mars 2013 son arbitrage pour la réalisation du Grand Paris Express, le Syndicat des transports d'Ile-de-France, a approuvé lors du conseil du 13 février 2013 un paquet de mesures censés améliorer la qualité de l'offre de transport sur les RER.

Première concernée, la ligne B, la plus touchée par les retards recurrents, puisque près d'un train sur six y accuse un retard de plus de cinq minutes. En cause notamment, les dysfonctionnements au niveau de la communication entre la SNCF et la RATP, qui co-exploitent la ligne. Jusqu'à présents séparés, les postes de commandement des deux opérateurs vont fusionner. Un centre de commandement unique doit être créé à la gare de Denfert-Rochereau "dans les meilleurs délais". Une mesure déjà évoquée en 2012 mais qui n'a toujours pas été concrétisée. Le Stif a également décidé qu'à partir de juin 2013, il n'y aurait plus qu'un seul directeur pour l'ensemble de la ligne.

Selon un porte-parole du Stif, cette mesure "doit permettre une meilleure réactivité dans les prises de décision entre la RATP, la SNCF et la direction de la circulation ferroviaire (DCF). Elle apportera également une meilleure cohérence de l'information diffusée aux voyageurs sur l'ensemble de la ligne".


Renforts sur le RER A

Bonne nouvelle pour les usagers du RER A, le nombre de trains va augmenter (à condition que les conducteurs marquent bien l'arrêt à chaque station). Dès cette année, les horaires des trains seront identiques à ceux du reste de l'année pendant la première quinzaine de juillet (traditionnellement, le nombre de train est réduit pendant les mois de juillet et août).
D'ici à fin 2013, un train circulera également toutes les vingt minutes jusqu'à 21h30 sur la branche Cergy-Poissy, contre 20h30 à l'heure actuelle. A cette échéance, tous les trains circulant sur la branche de Cergy seront composés des nouvelles rames à deux étages MI 09.


Pas d'omnibus prévus sur les lignes C et D

C'était la grande inquiétude des élus de l'Essonne, qui craignaient que les trajets de leurs administrés s'allongent de 15 minutes par jour. Il n'y aura pas d'omnibus, c'est à dire des arrêts à toutes les gares pour l'ensemble des trains sur le RER C et le RER D. Mais tout de même quelques quelques arrêts supplémentaires.

Concernant la ligne C, le Stif a décidé de doubler la fréquence de desserte en heures de pointe de Vitry et Ivry en petite couronne. Les deux communes sont actuellement desservies par un train tous les quarts d'heure. L'autorité organisatrice des transports assure que pour les branches concernées par ces arrêts supplémentaires, à savoir celles de Drouan et Versailles-Chantiers, les usagers perdront moins d'une minute par rapport à aujourd'hui.
Autre mesure, l'allongement de certaines rames aux heures de pointe sur les branches de Versailles-Rive-Gauche et Versailles-Chantiers, qui passeront de six à huit voitures.

Des renforts d'offre sont aussi prévus sur la ligne D du RER. Sur sa partie nord, douze trains circuleront en heure de pointe, contre huit actuellement. Au Sud, davantage de trains marqueront l'arrêt à Maison-Alfort et Villeneuve-Saint-Georges, tandis que la nouvelle gare de Pompadour verra s'arrêter deux trains par quart d'heure. Enfin l'ensemble des trains entre Juvisy et Corbeil seront prolongés jusqu'à Melun.

Patience tout de même car ces nouvelles mesures ne s'appliqueront qu'à partir de 2014.


Les anciennes rames du RER A reprennent du service

Pour assurer ce complément d'offre, le Stif va récupérer 12 rames Z2N qui circulaient auparavant sur la ligne P du Transilien, tout juste rendues disponibles par l'arrivée du "Francilien" sur cette ligne le 11 février 2013. Six autres rames Z2N vont également être achetées à la région Nord - Pas de Calais, pour un montant de 16,5 millions d'euros.

Par ailleurs, vingt MI 84, les anciennes rames à un niveau du RER A vont reprendre du service pour remplacer les "petits gris" entre Melun et Juvisy, ainsi que sur la ligne R du Transilien. Une mesure "provisoire" assure le Stif, bien qu'on n'en connaisse pas encore l'échéance.

Aubin Busalb