D'abord proposée à la location par le groupe Bolloré dans le cadre du service d'autopartage Autolib' à Paris, les Bluecar sont en vente depuis le 21 février 2013. Au prix de 12 000 euros TTC, une fois déduit le bonus écologique de 7 000 euros.
Un prix globalement inférieur à la plupart des autres véhicules électriques commercialisés en France (par exemple 13 700 euros pour la Renault Zoe, 16 680 pour la Smart eCoupé, 22 500 euros pour la Citroën C-Zero).
Auquel il faut tout de même ajouter 80 euros par mois pour la location de la batterie à... Bolloré. Qui les remplace gratuitement au bout de 400 000 kilomètres parcourus.


250 kilomètres d'autonomie en ville

Contrairement à sa jumelle d'Autolib' carossée dans une version gris métallisé, la Bluecar version grand public est bleu marine. Mais elle conserve les mêmes caractéristiques techniques : équipée d'une batterie LMP (lithium métal polymère), elle affiche une autonomie de 250 kilomètres en agglomération et peut rouler jusqu'à 130 km/h (l'autonomie descend à 150 kilomètres hors agglomération). Une voiture donc résolument faite pour la ville.

Vincent Bolloré, pdg du groupe, se montre de toute manière sceptique sur le développement de l'autonomie des voitures électriques pour des trajets de longue distance : "La voiture électrique n'ira jamais au-delà des 250 kilomètres, peut-être 300 maximum", avance-t-il.

Plusieurs solutions sont proposées pour recharger sa batterie. Soit, une "Bluebox" vendue 995 euros, un accumulateur qui s'installe sur le réseau électrique domestique, programmé pour se charger en heures creuses (lorsque l'électricité est moins chère) qui permet ensuite de recharger la voiture, en quatre à huit heures. Soit, un cable de recharge vendu 700 euros et qui permet de brancher la Bluecar sur n'importe quelle prise de la maison.

Et pour les Franciliens, il est également possible de payer un abonnement de 15 euros par mois pour bénéficier des 4 000 bornes de recharges Autolib' (elles devraient passer à 10 000 d'ici à 2015, selon Bolloré).

Le groupe espère vendre "2 000 voitures par an pour les deux ou trois prochaines années". D'ici à fin 2013, le constructeur devrait sortir une version utilitaire sans siège arrière, destinée aux entreprises.

Aubin Busalb