Les juges administratifs ont tranché en faveur de la mairie de Paris. Le tribunal administratif de la capitale a décidé de rejeter la requête déposée par plusieurs associations de riverains et par le Medef Ile-de-France demandant le retrait du projet d'aménagement des berges de la rive gauche de la Seine. Selon les opposants aux travaux, la fermeture des berges causerait une aggravation des conditions de circulation dans Paris.


Pas de bouchons en vue

Le tribunal a retenu "le caractère suffisant de l'étude d'impact, la régularité de l'enquête publique" ainsi que "l'intérêt général du projet". La justice rejette également l'argumentaire du Medef selon lequel "des millions d'heures de travail [auraient] été perdues pour les entreprises et leurs salariés" bloqués dans les bouchons. Le tribunal estime que "l'allongement du temps de parcours en automobile […] n'est pas de nature à causer de graves perturbations au trafic automobile dans Paris".

Les travaux, démarrés le 28 janvier, vont donc pouvoir continuer entre le pont de l'Alma et et le musée d'Orsay, où doit être aménagée une promenade piétonne de 2,3 kilomètres, en lieu et place de l'ancienne "autoroute urbaine" que représentaient les voies sur berges. Fin de l'opération de chirurgie esthétique en juin 2013.

Aubin Busalb