Le "train boa"

Et ils sont attendus. Car si le Francilien ne possède qu'un seul niveau, il est plus large que les autres trains (3,06 mètres), ce qui lui permet d'offrir 26% de places en plus que les anciennes rames inox.

Il reprend aussi le principe de l'intercirculation entre les rames, comme dans les métros et tramways de nouvelle génération. Ce qui lui donne l'apparence intérieure d'un long serpent, d'où son surnom, "train boa". L'intercirculation permet aux voyageurs de mieux se répartir à bord, gage de sécurité selon la SNCF et le Stif : même aux heures creuses, on ne serait jamais seul.

Les rames sont équipées d'une climatisation "intelligente", capable de réguler la température en fonction du nombre de passagers à bord, et de plusieurs écrans qui diffusent de l'information trafic en temps réel. Enfin, chacune est vidéosurveillée (16 caméras embarquées) pour lutter contre les incivilités et dégradations. "Les images sont écrasées automatiquement au bout de 72 heures", précise la SNCF.


Démarrage poussif

Le Francilien circule déjà sur la ligne H entre la gare Paris-Nord et le Val d'Oise depuis 2010, mais outre des retards de livraison, il avait connu de graves défaillances informatiques au moment de sa mise en service. En novembre 2010, un usager avait même porté plainte contre la SNCF pour mise en danger de la vie d'autrui, après y être resté bloqué pendant plus d'une heure en soirée, en gare d'Ecouan-Ezanville. Autant de problèmes qui ont retardé les livraisons et ont obligé Bombardier à payer de lourdes indemnités au Stif.

Aujourd'hui, "Le Francilien atteint un bon niveau de fiabilité, après avoir connu des débuts difficile. Il contribue aujourd'hui à la très bonne régularité de la ligne H", assurent le constructeur et l'autorité organisatrice dans un communiqué commun.

Les Franciliens devraient bientôt s'inviter sur les lignes L et J, au départ de Paris Saint-Lazare : ils commenceront à être déployés à partir du dernier trimestre 2013, entre Paris et Nanterre-Université. Suivront les axes Paris-Ermont et Paris Pontoise, en 2014 et 2015.

Aubin Busalb