Il aura fallu près de deux semaines pour démêler un embouteillage monstre aux portes de Pékin, en août 2010.
Alors, les autorités chinoises vont-elles trouvé la parade pour répondre à l'afflux d'automobiles grâce au "straddling bus", ce bus qui chevauche deux voies de circulation pour faire passer les voitures sous son "ventre" et transporter des voyageurs au 1er étage ? Il circulerait sur des rails placés des deux côtés de la chaussée.

Un drôle d'engin mesurant 4,5 mètres de haut, 6 mètres de large, sur deux niveaux, qui permettrait de faire cohabiter voitures et transports collectifs sur les routes.
Ce qui pourrait ressembler à un canulard a été présenté très sérieusement en juin 2010 lors de l'exposition internationale du High-Tech de Pékin par un groupe chinois, Shenzhen Hashi Future Parking Equipment Co.  Ce bus du futur qui ressemble à une navette géante devrait être mis en service dans un quartier de Pékin, en 2011. Le début des travaux des 186 kilomètres de ligne est prévu fin 2010.


Propulsé à l'énergie solaire

L'embarquement des passagers s'effectue au niveau supérieur, pendant ce temps, les voitures peuvent continuer à circuler au niveau inférieur. Propulsé à l'électricité produite par de l'énergie solaire, le bus roulerait à 40km/h, avec des pointes à 60 km/h et transporterait 1 200 à 1400 passagers, sans bloquer la circulation automobile.
Sa réalisation coûterait environ 500 millions de yuans (environ 57 millions d'euros) pour construire ce bus du futur, et pourrait réduire les embouteillages de 20 à 30% selon le constructeur.

Nathalie Arensonas



Voir la vidéo