Qui prendra les manettes de la société d'ingéniérie Systra, spécialisée dans les transports urbains ? Jean-François Bénard, l'auteur du rapport commandé par le gouvernement, préconise que le groupe RATP rachète la part détenue par la SNCF dans Systra et devienne ainsi "l'actionnaire majoritaire".

En commandant ce rapport, le gouvernement avait fait savoir qu'il suivrait les propositions du rapporteur. Mais la décision finale sur le futur actionnariat de Systra n'a pas été prise, indique le ministère des Transports.


Le gouvernement aurait tranché

Dans son édition datée du 3 septembre 2010, le journal Le Monde affirme pourtant que "le gouvernement a tranché le conflit au long cours qui oppose les deux actionnaires" et que "".

Le groupe Systra est détenu à parts égales par la RATP et la SNCF (36% chacune) tandis que les banques en détiennent 28%. Le rapport Bénard valorise Systra à 150 millions d'euros, hors dette, selon une estimation de la SNCF jugée "équitable".

Le rapport propose aussi que la RATP puisse racheter aux banques les actions qu'elles détiennent dans Systra. Il préconise enfin que la RATP fusionne Systra avec sa propose filiale d'ingénierie Xelis.


"Ce serait logique"


Début septembre, le directeur financier de la SNCF David Azéma avait indiqué lors de la présentation des résultats semestriels que le groupe ferroviaire se satisfairait d'un statu quo dans Systra.
De son côté, le président de la RATP Pierre Mongin, également lors de la présentation des résultats de son groupe, avait fait observer que Systra réalisait 80% de son activité dans le transport urbain, et qu'il serait donc "logique" que son entreprise en prenne le contrôle.

Systra  qui emploie 2 500 personnes a enregistré en 2009 un bénéfice de 17,5 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 252 millions d'euros.

Nathalie Arensonas avec AFP