Décidément, le marché des villes moyennes attise l'imagination des industriels du BTP et du ferroviaire. Vinci et CAF s'associent pour proposer aux collectivités la solution Nextram, un tramway simplifié à un coût très bas : de l'ordre de 13 millions du kilomètre. Encore un progrès par rapport à celui de Besançon, déjà fabriqué par le constructeur espagnol CAF qui est pour l'instant le moins cher de France à 16 millions du kilomètre.

Pour parvenir à ce niveau de prix, les deux partenaires qui travaillent en collaboration depuis plus de deux ans ont "remis à plat tous les aspects d'un système tramway, de l'infrastructure aux véhicules", explique Francis Nakache, directeur de CAF France. Coté véhicule, CAF a opté pour un tramway sur voie métrique de 2,35 mètres de large et unidirectionnel. Donc, équipé d'un seul poste de conduite et de portes sur un seul côté.


Tram économique face au BHNS

Economie également pour la construction de la plateforme et la fourniture des équipements de voie confié à Vinci et à ses filiales, notamment Eurovia qui a mis au point une plateforme simplifiée avec une épaisseur réduite, grâce à un système innovant baptisé "rail bas". "Notre idée est de proposer à des agglomérations qui l'imaginaient financièrement inaccessible, un tramway se situant dans les niveaux de prix des Bus à Haut niveau de Service (BHNS)", explique Francis Nakache.

Et il y a de quoi faire, puisque selon une enquête du Gart (Groupement des autorités organisatrices de transport), une quarantaine d'agglomérations ont des projets de transport en site propre, dont une majorité de lignes de BHNS. Ou de tramways à bas coût.

Robert Viennet