"Le transport urbain et le transport interurbain sont deux secteurs dynamiques à l’inverse du transport routier de marchandises touché par la crise", souligne Jean Chabrerie, président de l'OPCA Transports, l’organisme paritaire financeur de la formation professionnelle qui présentait le 30 mai son rapport d’activité 2012.
-> Lire : "Ça ne chôme pas dans le transport public"

Un constat appuyé par Michel Seyt, président de la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV) :" En raison du renouvellement des effectifs, d’ici la fin de la décennie, il faudra recruter 60 à 70 000 conducteurs d’autocar dont une grande partie pour le transport scolaire, rappelle le représentant des 3 200 entreprises autocaristes françaises. Ce sont des postes difficiles à pourvoir en raison des contrats à temps partiel (550 heures par an) et qui sont souvent tenus par des retraités, de femmes au foyer, des personnes venant de l’agriculture. Nous avons déjà engagé une réflexion avec les collectivités pour rendre le métier plus attractif, mais nous comptons aussi sur la formation". 


Une manne de 188 millions d'euros

Au total, en 2012, l’OPCA Transports qui couvre huit secteurs professionnels a réalisé une collecte brute en hausse à 188,1 millions d’euros auprès de 33 77 entreprises. La part relative du financement apportée par le transport routier de voyageurs (le TRV compte 123 210 salariés) et le transport urbain et ferroviaire (50 402 salariés) est en hausse en raison des défaillances d'entreprises dans le secteur du transport routier de marchandises (TRM). Même si avec ses 468 000 salariés, le TRM reste, sans jeu de mots, un poids lourd.

Le bilan 2012 traduit les nouvelles orientations données par la réforme des OPCA. Rappelons son objectif : rendre plus efficace l’utilisation de la fantastique manne de la formation professionnelle dans la lutte contre le chômage et la réponse aux besoins des entreprises.

Le nombre de contrats de professionnalisation destinés à déboucher sur une embauche a ainsi progressé de 17% : au total, 6 175 personnes en ont bénéficié. Certes, le TRM se taille la part du lion - 3 473 contrats - mais le transport routier interurbain et le urbain suivent avec respectivement 1281 et 601 contrats.

Autre tendance, les préparations opérationnelles à l’emploi (POE) continuent de monter en flèche. Le transport routier de voyageurs est le secteur qui y a le plus recouru avec 493 POE individuelles et 530 POE collectives.

Quant à la hausse du nombre de droits individuels à la formation (DIF), il est le reflet de la hausse du chômage, les salariés licenciés en "profitant" pour se former. Autre effet induit de la montée du chômage, la hausse du nombre du contrats de sécurisation professionnelle (CSP). "Depuis début 2013,  nous en sommes à un millier, et nous allons manquer de fonds pour les financer", s’inquiète l’OPCA Transports. 

Fin juin 2013, la gouvernance de l’OPCA Transports va changer. Côté patronal, René Petit, ex-président de la puissante Fédération nationale des transports routiers (FNTR) pourrait succéder à Jean Chabrerie (président de Transport et logistique de France - TLF). On ignore encore qui tient la corde côté syndicat de salariés pour remplacer Joël Le Coq ( CFDT), l'actuel vice-président de l'organisme de financement de la formation des transports.

Marc Fressoz