La grève, lancée à l'appel des principaux syndicats hostiles à un projet de réforme ferroviaire du gouvernement, avait commencé mercredi 13 juin à 19h et s'achevait vendredi 14h à 8h.
 "Nous (pourrons assurer) entre 80% et 90% du trafic à 8h puis à 100% entre 9h et 10h", a indiqué le porte-parole de la SNCF.

Le taux de participation à la grève des 150 000 salariés de l'entreprise publique était de 33,2% pour l'ensemble du personnel, 68,6% pour les agents de conduite et 70,4% pour les contrôleurs, avait indiqué jeudi la direction de la SNCF. La CGT, premier syndicat des cheminots, a de son côté comptabilisé 47,3% de grévistes toutes catégories confondues. Seuls quatre trains sur dix en moyenne ont pu circuler pendant la grève.

Les syndicats s'inquiètent, entre autres, de la création à la place de la SNCF et de RFF (Réseau ferré de France) de trois établissements publics qui, selon eux, laisse la porte ouverte à un éclatement du système ferroviaire.
Ils estiment que cette réforme est "faite pour répondre aux exigences libérales de Bruxelles" et non pour répondre aux intérêts du secteur.

-> Lire : "Les grandes lignes de la réforme du rail"

AFP