Confortées par la décision du secrétaire d’Etat aux Transports Dominique Bussereau d’autoriser les lignes routières longue distance et de favoriser les liaisons interurbaines en autocar pour concurrencer des lignes SNCF peu performantes, la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV) vient d’adresser une lettre aux 1 900 nouveaux conseillers régionaux élus le 21 mars 2010.

Objectif, leur rappeler que sur certaines lignes, les liaisons routières sont plus rentables que le train. Mais la FNTV réclame surtout un « chef de file » pour chaque territoire régional chargé de coordonner l’intermodalité, notamment les gares d’échange.

 « L’agglomération accueille sur son territoire les gares routières départementales et les TER mais comme elles ne relèvent pas de ses compétences, il y a rupture de cohérence avec le réseau de transport urbain. Il faut un coordinateur, un « Monsieur intermodalité » en région.  Quitte à déléguer ensuite aux autorités organisatrices certains projets », commente Serge Montagne, porte-parole de la FNTV. A bon entendeur…