Ce n'est pas un hasard de calendrier : le 8 juillet 2013, le département du Rhône déployait sa nouvelle offre de transport public. Le même jour, Bernard Rivalta organisait une conférence de presse à Lyon pour dénoncer l'arrivée des autocars départementaux à l'intérieur du périmètre des transports urbains.

"La loi stipule qu’une autorité organisatrice de transport ne peut pas faire rouler ses véhicules sur le territoire d’une autre sans son autorisation, a expliqué l'élu du Grand Lyon. Or le conseil général ne nous a toujours pas demandé cette autorisation. Par conséquent, les cars qui circulent dans l’agglomération lyonnaise sont dans l’illégalité".

Mais ce qui agace le plus le président du Sytral, ce sont les lignes en doublon dans les secteurs de Meyzieu ZI, Vaise/Gorge de Loup et Carré de soie. "Faire circuler deux véhicules de transport public sur un même itinéraire revient à jeter l’argent par les fenêtres. En cette période de rigueur où l’on nous demande de faire des efforts de gestion, instaurer des doublons c’est ce moquer du monde !"

 

Au delà de cette limite, votre ticket n'est plus valable

Cette situation illustre le manque de coordination entre les deux collectivités locales, mais pas seulement. C'est aussi un choix politique. Les secteurs de Mézieux ZI, Vaise/Gorge de Loup et Carré de soi sont situés en périphérie du périmètre des transports urbains, à proximité des communes de Genas, Vaugneray et Pollionnay.
Et elles ont décidé de ne pas adhérer au Sytral (lire). "Certaines communes se sont crues plus malignes que les autres et pensent que nous allons payer à leur place". Pas question. "Je ne vais pas pénaliser le réseau Lyon pour des collectivités qui n’ont pas voulu adhérer", fustige Bernard Rivalta.

Il a donc décidé de "bloquer" les cars interurbains dès qu'ils veulent pénètrer dans le périmètre de transport urbain. "Les conducteurs seront avisés de cette décision". Et les contrôleurs des Transports en commun lyonnais (TCL) doivent informer les passagers des autocars que la donne a changé : ils devront acheter un autre ticket pour les transports urbain. Quant à ceux qui bénéficient de tarifs sociaux, ils ne seront théoriquement plus en règle dans les autocars interurbains, puisque ces tarifs préférentiels sont pris en charge par le Sytral.

 

Nouvelle négociation le 10 juillet 2013

Bernard Rivalta affirme qu'il ne s'est pas engagé dans une "guérilla", et qu'il souhaite clarifier la situation avec le département du Rhône. Une réunion est prévue le 10 juillet 2013: "Le conseil général ne s’entêtera pas et nous trouverons un accord", prédit-il.

A plus long terme, avec la création de la métropole lyonnaise, "Nous mènerons des négociations avec le futur département pour éviter les doublons et organiser un meilleur service. Car la mutualisation est le premier principe d’une bonne gestion économique", conclut l'élu.

Christine Cabiron