La communauté urbaine de Lille a signé un accord de financement avec la Banque européenne d'investissement (BEI) pour un prêt de longue durée de 300 millions d'euros. "Une première tranche de cet engagement d'un montant de 100 millions d'euros a été signée le 29 août 2013 par Martine Aubry, présidente de Lille Métropole et Philippe de Fontaine Vive Curtaz, vice-président de la Banque européenne d'investissement (BEI)", informe la collectivité locale dans un communiqué.

Ce financement va permettre l'achat pour la ligne 1 de 27 nouvelles rames de métro automatique de 52 mètres pouvant accueillir 420 passagers. Les premières circuleront à partir de début 2016.
La communauté urbaine, autorité organisatrice des transports, avait retenu en mai 2012 le groupe Alstom pour construire ces nouvelles rames de métro, un marché estimé à 266,4 millions d'euros, au grand dam des deux autres candidats, Bombardier et surtout Siemens dont l'offre était onze millions d'euros moins chère que celle d'Alstom, selon le constructeur allemand.

Siemens qui avait équipé Lille du premier métro automatique Val (1) en 1983, avait déposé un recours en référé contre l'octroi du marché à Alstom L'instruction est en cours.. Le tribunal administratif de Lille l'ayant rejeté, Siemens avait déposé un recours de plein contentieux le 23 août 2012.
-> Lire : "A Lille, Siemens ne lâche pas l'affaire"

 

Parallèlement aux nouveaux équipements, 26 des rames du Val actuellement en service seront couplées. Au total la capacité de la ligne 1 sera multipliée par deux. Et les stations du Val seront totalement réaménagées, a annoncé par ailleurs à l'AFP une porte-parole de la communauté urbaine.

Le chantier, d'un coût global de 610 millions d'euros, sera financé par des emprunts à hauteur de 400 millions d'euros, dont les 300 millions de la BEI. Les 210 millions restants seront financés par des subventions de l'Etat, de la région Nord/Pas-de-Calais et du département du Nord, complétées par les recettes de la communauté urbaine.

L'autorité organistraice des transports prévoit également un accroissement de 30% de la capacité de la ligne 2 du métro, doit s'achever en 2016. Lille espère ainsi voir doubler l'usage des transports en commun d'ici à 2020 avec un réseau capable d'assurer 265 millions de voyages par an, contre 160 aujourd'hui.

Nathalie Arensonas

(1) Le Val, Véhicule automatique léger avait été construit par Matra, racheté par Siemens en 2001.