Plusieurs dizaines d'autobus et autocars ont convergé en fin de matinée vers le conseil général à Basse-Terre, dont ils ont bloqué l'accès, selon le sénateur (app. PS) Jacques Gillot, qui préside cette assemblée. Il a indiqué à l'AFP qu'il n'avait pas été informé de l'organisation de ce mouvement de protestation.

Le conseil général, autorité organisatrice du transport interurbain, a entrepris ces dernières années de restructurer les transports publics routiers de voyageurs. Aujourd'hui, l'ensemble des lignes interurbaines sont exploitées par onze groupements d'autocaristes en contrat de délégation desservice public soumise à appel d'offres. Selon M. Gillot, "56% de leurs surcoûts d'exploitation sont pris en charge par le conseil général".

Plusieurs groupements de transporteurs sont cependant en difficulté financière, a indiqué leur organisation professionnelle. Les derniers appels d'offres lancés par le Conseil général avaient été annulés par la justice administrative.

"Cette prise en otage du conseil général et de la population n'est pas une bonne méthode", a lancé M. Gillot sur la radio Guadeloupe 1ère (groupe France-Télévisions).

(AFP)