Le préavis de grève déposé par la CGT court du mardi 8 octobre 19h au jeudi 10 octobre 8h sur le réseau SNCF. Celui de la CFDT couvre la même période, à partir du 8 octobre 20h

Les syndicats de cheminots se mobilisent à l'appel de la section ferroviaire de la fédération européenne des transports, contre le "4e paquet ferroviaire", une série de mesures préparant l'ouverture à la concurrence des lignes ferroviaires nationales de voyageurs à partir de 2019

"Il est urgent de bloquer les velléités libérales de Bruxelles qui souhaite disloquer les entreprises historiques, casser la notion de service public national, généraliser la concurrence", a déclaré Gilbert Garrel, secrétaire général de la CGT Cheminots, lors d'une conférence de presse du 3 octobre 2013

La CGT qui souhaite une réunification de Réseau ferré de France (RFF, gestionnaire des infrastructures) et de la SNCF, dénonce également le projet de réforme en France (projet de loi à télécharger ci-dessous). Celui-ci prévoit d'unifier au sein d'un même pôle public la SNCF et les entités qui gèrent l'infrastructure ferroviaire.

Un établissement public à caractère industriel et commercial (Epic) serait créé, regroupant RFF, la Direction de la circulation ferroviaire de la SNCF et les cheminots de la SNCF chargés de l'entretien des voies (SNCF Infra).
Un deuxième Epic serait constitué par le transporteur SNCF. Et ces deux entités seraient couronnées par un troisième Epic. "Ces trois Epic, ça ne va rien régler, au contraire", juge Gilbert Garrel.

Rebelotte le 16 octobre


SUD Rail, de son côté, a choisi de se mobiliser le 16 octobre 2013, jour de présentation du projet de réforme ferroviaire en conseil des ministres.
L'Unsa ne déposera pas non plus de préavis de grève pour le 9 octobre. "Nous serons impliqués, mais sous une autre forme que la grève", a déclaré à l'AFP Eric Tourneboeuf, de l'Unsa-Cheminots.

(avec AFP)