La ligne 9 du métro de Séoul est la seule de la capitale coréenne a être exploitée par un opérateur privé. Construite en partenariat public privé par le consortium "Seoul Métro Line 9"  (SML9), réunissant Hyundai-Rotem et des investisseurs financiers menés par le groupe Macquarie, elle est exploitée et entretenue depuis son entrée en service en juin 2009, par la joint venture RATP Dev-Transdev. C’est ce contrat d’exploitation qui vient d’être renouvelé pour une durée de dix ans par la ville de Séoul et SML9.

"Nous sommes très heureux de ce renouvellement qui témoigne de la confiance de notre client en notre capacité à proposer un haut niveau de qualité de service aux voyageurs. La société commune Transdev-RATP Dev signe ainsi un nouveau succès significatif, quelques mois après la mise en service du réseau de tramway de Shenyang, en Chine, en août dernier", se félicitent Jean-Marc Janaillac, pdg de Transdev, et François-Xavier Perin, président du directoire de RATP Dev.


Conduite manuelle pour ligne automatique

Longue de 27 kilomètres avec 25 stations, la ligne 9 relie le quartier de Gangnam (sud-est), à l'aéroport de Gimpo, à l'ouest de la Séoul, l'une des villes les plus peuplées d'Asie avec 22 millions d'habitants.

Curiosité de cette ligne, elle est entièrement automatique et dotée de portes palières, mais tout de même pilotée par des conducteurs. Une décision prise au lancement des travaux pour préserver l'emploi mais aussi parce que, pour des raisons culturelles, les habitants de Séoul ne seraient pas encore prêts à circuler à bord de métros sans conducteurs.

Autre curiosité: y circulent des services omnibus s'arrêtant à toutes les stations et des services express qui ne s'arrêtent qu'aux stations principales (9 sur 25). Pour que ces deux types de service puissent coexister, des voies d'évitement ont été construites dans certaines stations à l'image de ce qui existe à Lyon pour les tramways T3 et Rhônexpress.

 

Robert Viennet