"Cet accord-cadre, signé par Guillaume Pepy, président de SNCF (il fait partie de la délégation lors de la visite officielle du président français en Israël aux côtés du ministre des Transports Frédéric Cuvillier), et par Boaz Zafrir, directeur général des Chemins de fer d'Israël (ISR), est une étape importante de la coopération déjà ancienne entre les deux sociétés", indiquent les deux entreprises dans un communiqué.

"Cette coopération, mise en place dès 2000, sera renforcée dans plusieurs domaines, notamment la formation des conducteurs de trains des ISR, le développement et la modernisation des gares israéliennes, l'information des passagers et le matériel roulant destiné au fret", ajoutent-elles.

Cela doit permettre aux ISR de réaliser leur ambitieux objectif stratégique d'atteindre 70 millions de passagers en 2020, contre 12 millions en 2000, selon le communiqué.
"C'est un partenariat important pour nous", a affirmé à l'AFP Guillaume Pepy, évoquant "un partage de technologies nous mettant sur un pied d'égalité avec Israël". L'État hébreu envisage notamment une liaison ferroviaire à grande vitesse entre la capitale économique Tel Aviv et la station balnéaire d'Eilat, 250 kilomètres au sud.

"Israël comprend la nécessité de rénover son réseau ferroviaire qui est très ancien et nous allons les aider", a-t-il ajouté. "Cet accord va nous permettre de partager notre savoir-faire avec Israël qui est très en avance dans le domaine technologique mais pas dans les transports publics".

N.A. (avec AFP)