Mariano Rajoy a fait cette annonce en recevant à Madrid le président français François Hollande. "Le service commercial de cette ligne commencera le 15 décembre", a déclaré le premier ministre espagnol.

L'ouverture de la ligne TGV "permettra de connecter pour la première fois à haute vitesse la France et l'Espagne, et l'Espagne avec le reste de l'Europe en définitive", a-t-il souligné.

Le voyage durera six heures et vingt minutes, contre six heures quarante actuellement, avec un changement de train à Figueras, près de la frontière française. "Nous allons mettre 6h20 sans changement, autrefois il fallait prendre un train de nuit, il s'arrêtait à Limoges. Il fallait 11h30", s'est aussi félicité François Hollande, relevant cependant qu'il avait "fallu 20 ans" pour que cette ligne devienne une réalité.


Coexploité par la SNCF et Renfe

L'exploitation commerciale de cette liaison, qui n'est pas encore entièrement à grande vitesse, sera partagée entre les compagnies ferroviaires française SNCF et espagnole Renfe.
L'objectif final est de relier Paris à Barcelone en 5h35, mais pour cela il faudra que le tronçon entre Perpignan et Nîmes, dans le sud de la France, passe à grande vitesse, ce qui est prévu pour 2021 pour l'instant, selon Renfe.

En attendant, à partir du 15 décembre, il y a aura deux trajets aller-retour par jour entre Paris et Barcelone, a indiqué la SNCF.
Seront assurés également un aller-retour quotidien entre Lyon et Barcelone (4H55), Toulouse et Barcelone (3H02), ainsi qu'entre Marseille et Barcelone (4H17), ajoute la SNCF.

Avec 3 000 km de lignes ferroviaires, l'Espagne a dépassé en 2010 la France par le nombre de kilomètres de lignes à grande vitesse installées, et est désormais numéro un en Europe et numéro deux dans le monde dans ce domaine.

(AFP)