Le conseil d'administration du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) du 11 décembre devra adopter son budget 2014 lequel va prendre en compte le relèvement de 7 à 10% de la TVA sur les transports publics.
Car malgré les prises de position des élus (région, département, Ville de Paris) et des opérateurs pour que les transports du quotidien soeint reconnus comme des services de première nécessité, le gouvernement n'a pas jusqu'à présent donné suite (un amendement a été adopté par les sénateurs pour épargner les transports de cette hausse).

Le carnet de dix tickets, les divers abonnements Navigo et les navettes aéroportuaires devraient donc augmenter de 3%, seul le ticket à l'unité de bus et de métro RATP sera épargné, il restera à 1,70 euro.
 

3% au lieu de 6%

Avec une hausse structurelle de 2,5 à 3% additionnée à ces trois points de cette TVA, la hausse mécanique "devrait être de 5,5 à 6%", souligne l'entourage de Jean-Paul Huchon, président socialiste de la région et président du Stif. Or, en période de crise économique, une telle hausse est "inenvisageable". Le 10 octobre 2013, les élus du Stif avaient interpellé le gouvernement pour l'abandon du taux de TVA à 10% dans les transports du quotidien
"Cetet hausse entraîne un coût supplémentaire de 100 millions d'euros", rappelle Pierre Serne, vice-président EELV en charge des transports.

Pour ne pas faire peser sur les usagers une hausse plus importante que les années précédentes et la "contenir à 3%", des efforts ont été consentis, soutenus par de "bonnes nouvelles". Parmi elles, "le versement transport - acquitté par les entreprises de plus de 9 salariés et qui représente 3,2 milliards d'euros - en progression de 51 millions d'euros dans le prochain budget", selon le Stif.

L'autorité organisatrice des transports va par ailleurs économisé 23 millions d'euros dans le versement à la SNCF et la RATP en raison d'une inflation plus faible que prévue, mais aussi grâce à l'application du bonus-malus renforcé, négocié lors des deux derniers contrats avec les transporteurs (contrat SNCF ; contrat RATP). Enfin, les collectivités ont accepté "un effort de +2%, soit 24 millions d'euros".
 
Pour rappel, le budget global de fonctionnement des transports en commun en Ile-de-France représente 8,5 milliards d'euros,  financés à 30% par les usagers, 20% par les collectivités locales, 37,5% par le versement transport, 9,5 % par le remboursement de la moitié des forfaits Navigo par les employeurs et à 3% par diverses recettes (contraventions et subventions par exemple).

Nathalie Arensonas (avec AFP)