Hasard de l'actualité : le 5 décembre, jour où la Communauté urbaine de Bordeaux (Cub, l'autorité organisatrice des transports), lance une campagne d'affichage pour rappeler les consignes de prudence et de vigilance aux abords des voies du tramway, un jeune de 17 ans est heurté le matin même par un tram, alors qu'il traversait les voies pour se rendre au lycée. Hospitalisé au CHU de Bordeaux, ses jours ne sont pas en danger.

Selon le site Sudouest.fr qui a révélé l'information, le jeune homme a voulu traverser, s'est arrêté, puis a cru avoir le temps de passer. Il a alors été percuté par le pare-brise du tramway qui arrivait sur sa gauche, et éjecté de l'autre côté de la voie.

Un mois avant, le 4 novembre, une étudiante est décédée écrasée sous une rame. Depuis la mise en service du tramway en décembre 2003 (trois lignes couvrant plus de 44 kilomètres à ce jour, 77 km d'ici à 2018), la Cub dénombre 10 accidents mortels. En 2012, le taux d'accident s'élevait à 0,32 pour 10 000 kilomètres parcourus, contre 0,34 au plan national, souligne la Cub, ajoutant que 102 accidents ont été comptabilisés entre janvier et septembre 2013. L'actuel exploitant des transports urbains de Bordeaux est Keolis, filiale de la SNCF.

La campagne de sensibilisation aux dangers du tramway - comme les voitures, il circule sur la chaussée mais est silencieux - se décline sous forme de spots cinéma et de cart'com diffusées dans les lieux festifs, les restaurants, les cinémas, les grandes enseignes, les médiathèques, les musées, les théâtres, les salles de spectacles, les universités et les écoles.


N.A.