Les trains régionaux de Boston dans la poche, "Deux autres contrats à l'international sont inscrits en lettres d'or dans ma tête, deux franchises ferroviaires qui feront l'avenir de Keolis : Crossrail (le RER londonien pour lequel la filiale de la SNCF est préqualifiée avec son partenaire anglais Go Ahead, alors que RATP Dev a été écartée, ndlr) et East Coast entre Londres et l'Ecosse", glissait Jean-Pierre Farandou, patron de Keolis, début octobre 2013 à l'occasion d'une rencontre avec la presse.

La franchise East Coast représente un chiffre d'affaires annuel d'un milliard d'euros par an, Crossrail devrait atteindre le même niveau, mais ce chiffre n'est pas confirmé par les trois concurrents encore en lisse, Stagecoach, Virgin et Keolis-Eurostar.


"L'équivalent de tout le Corail-Intercités"

Gagner les deux contrats ? "Et pourquoi pas, ce sont deux clients différents : Transport for London (TFL) pour Crossrail et le ministère des Transports pour East Coast Main Line. Et même avec un contrat gagné sur deux, je délie mon plan stratégique", avait indiqué Jean-Pierre Farandou qui vise un chiffre d'affaires de sept milliards d'euros à l'horizon 2017.

Allié à Eurostar dont la SNCF est aussi l'actionnaire majoritaire, Keolis a donc été retenu parmi les trois finalistes pour tenter de décrocher le pactole de l'East Coast, un réseau de 632 kilomètres entre Londres et Edimbourg avec des ramifications vers Glasgow, Inverness et Aberdeen. "L'équivalent de tout le réseau Corail-Intercités français", avait comparé Jean-Pierre Farandou.  L'attribution de la franchise est attendue au dernier trimestre 2014 pour un démarrage en février 2015.

"On va se faire backer par les équipes TGV (de la SNCF, ndlr)", avait indiqué Jean-Pierre Farandou. Pour rappel, cette franchise ferroviaire était exploitée par le groupe britannique privé National Express qui avait jeté l'éponge en 2009 pour des raisons financières, obligeant la société publique Directly Operated Railways à reprendre les commandes du réseau, le temps d'organiser un nouvel appel d'offres. Dans une ambiance d'extrême prudence de la part des pouvoirs publics après l'échec cuisant de celui de la West Coast Line (une autre franchise ferroviaire entre Londres et Glasgow qui a valu au gouvernement britannique de revoir entièrement sa copie et de dédommager ses contribuables)

>> Lire : "Virgin reste six mois de plus aux commandes de la West Coast Line"

Deux autres franchises ferroviaires sont en cours d'appels d'offres et pour lesquelles Keolis est préqualifié : Thameslink (qui regroupe South Eastern, Great Northern et l'actuel réseau Thameslink), et Dockland Light Rail (DLR).

Nathalie Arensonas