Long de 330 mètres, sur 15 mètres de large, cet ouvrage d'art est le premier maillon du futur réseau de bus à haut niveau de service (BHNS) en cours de construction à Poitiers. Il relie désormais le centre ville construit sur un oppidum, à l'ouest de l'agglomération où sont implantés des zones d'habitat collectif, des pôles d'activités commerciales et industrielles, et le Futuroscope.

Le pont dispose de deux voies réservées aux bus, d'une station, d'un trottoir pour les piétons et d'une piste cyclable à double sens. Son objectif est de réduire les temps de parcours des bus et améliorer de fait leur vitesse commerciale. Coût de l'opération, 38,6 millions d'euros.

"Lorsque la première ligne de BHNS sera achevée en 2017, les gains de temps devraient être de l'ordre de 30 minutes", indique Jean-Jacques Guérin, vice-président de l'agglomération. Le réseau de bus à haut niveau de service comprendra trois lignes totalisant 48 kilomètres, dont les deux tiers seront en site protégé. Ces infrastructures devraient augmenter de 5 à 10% la fréquentation du réseau de transport urbain appelé Vitalis. Le trafic représentait 15,2 millions de voyages en 2013.