"On reste mobilisés pour tenter (d'ouvrir cette ligne à) la fin de l'année" 2014, a indiqué à l'AFP le directeur général de Thello Albert Alday. Thello, qui fait circuler des trains de nuit entre la France, Venise et Rome, exploitera trois allers-retour quotidiens entre Nice et Milan. L'un d'eux sera prolongé jusqu'à Marseille, et s'arrêtera dans cinq gares de la Côte d'Azur.

Une compagnie ferroviaire peut faire circuler ses trains en France et ainsi concurrencer la SNCF, s'il s'agit du prolongement d'un trajet international (on appelle cela du cabotage), qui doit représenter la part la plus importante de son activité. "Nous avons dû démontrer qu'il (ne s'agit pas) pas d'un service domestique déguisé", précise Albert Alday.

Il s'agit selon lui de sonder le marché: "Je souhaiterais étoffer un peu l'offre, ne pas me contenter d'un seul Nice-Marseille, mais c'est prématuré". Il ne communique pas de prévision de trafic, mais évoque une fourchette de prix comprise entre 19 et 39 euros pour un Nice-Milan, entre 24 et 59 euros pour un Marseille-Milan.

Pour cette première incursion sur le domaine du TER, Thello avait hésité entre Lyon-Chambéry-Turin et Marseille-Nice-Milan, avant d'opter pour le second trajet, "plus pertinent". En effet, détaille le patron de Thello, pour relier la France à l'Italie, le voyageur doit changer de train en gare de Vintimille, à la frontière. Il s'agit, pour la toute jeune compagnie ferroviaire, d'exploiter un "service de bout en bout, sans rupture de charge".

Thello avait annoncé en octobre 2013, son intention d'"augmenter dans les prochains mois les connexions quotidiennes entre Milan et la France, avec une attention toute particulière pour la Côte d'Azur".
>> Lire : "Thello veut titiller la SNCF en Italie et en région Paca"

L'autorité de régulation des activités ferroviaires (Araf) avait estimé que cela "ne porte pas atteinte à l'équilibre économique du service de transport de voyageurs sur le contrat de service public de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur". La région Paca a déposé un recours contre cet avis devant le Conseil d'Etat.

Thello revendique 300 000 passagers par an sur ses trains de nuit entre Paris et Venise. La liaison Paris-Rome, ouverte fin 2012, n'est plus directe depuis fin 2013.

(avec AFP)