Pour pouvoir faire face aux moyens de la Société du Grand Paris (SGP), chargée par l'Etat de réaliser une double boucle de métro automatique autour de Paris, le Stif qui défend avec la région IDF le projet de rocade ferroviaire Arc Express, met les bouchées doubles.

L'autorité organisatrice des transports franciliens compte en effet présenter dès janvier 2010 des tracés possibles pour deux des quatre arcs (Est et Ouest) d'Arc Express, alors que pour le moment il n'a présenté aux débats publics lancés le 30 septembre, que les tracés de ses deux arcs "prioritaires", Sud et Nord.


Toujours de la concurrence ?

Dans un communiqué, la chef de file de l'UMP au conseil régional Valérie Pécresse "déplore, en plein débat public, la création par le Stif de 15 postes supplémentaires en faveur du projet Arc Express, alors que de nombreuses voix réclament la convergence des projets Arc Express et Grand Paris pour aboutir à un projet unique de transport".

Le Stif indique dans un communiqué que le renforcement de ces équipes s'inscrit "dans le cadre du débat public et de la maîtrise d'ouvrage du projet Arc Express".
De son côté, la SGP a indiqué qu'elle comptera fin 2010 un effectif de 37 personnes, contre 25 aujourd'hui, dont une vingtaine se consacreront au débat public. Selon le ministère de l'Aménagement du territoire, en charge du Grand Paris, la SGP en comptera "une centaine d'ici à fin 2011″.