Le président de la Région Martin Malvy a écrit le 10 février au directeur régional de la SNCF "pour l'informer de la suspension de tout paiement de la Région", selon le communiqué. L'élu régional "justifie cette décision exceptionnelle par la dégradation du service observée, particulièrement sur le quart Nord-Est du réseau TER pour lequel retards et suppressions de trains sont devenus chroniques".

Le trafic a été totalement interrompu à plusieurs reprises pendant plusieurs mois entre 2011 et 2013 pour moderniser le réseau dans le quart nord-est de la région (Tarn, Aveyron). "Les travaux ont coûté 515 millions d'euros pour le seul quart nord-est, dont 291 financés par la Région", rappelle M. Malvy.

"L'exaspération exprimée par les usagers est à la mesure des désagréments qu'ils ont subis et acceptés lors des périodes de fermeture de lignes (...)   et leur déception, à la hauteur de leurs espérances d'une amélioration significative de leurs déplacements quotidiens à laquelle la SNCF s'était engagée", ajoute le président de Région.

"Cette situation est inacceptable, je suspends donc à partir d'aujourd'hui tout paiement de la Région à la SNCF dans l'attente d'un retour à une situation normale", conclut-il.