Après avoir qualifié de "virage raté" l'équipement progressif du métro parisien en 3G, Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM) propose de rendre gratuits les transports en commun pour les jeunes étudiants parisiens de 18 à 22 ans.

Alors que la Région prend déjà en charge 50% du coût de la carte de transports "Imagine'R" pour les jeunes, la candidate UMP à la mairie de Paris "souhaite instaurer la gratuité des transports en commun pour les jeunes étudiants en prenant en charge la moitié restante du coût de cet abonnement pour tous les étudiants entre 18 et 22 ans", écrit-elle dans un communiqué du 20 février. Soit, une aide de 323,30 euros par étudiant.

NKM veut aussi rétablir la gratuité des cartes de transports Emeraude et Améthyste (pour les personnes âgées et les handicapés), supprimées par la ville en 2012, à la faveur de tarifs sociaux calculés en fonction des revenus et du quotient familial.
"Le coût de l'ensemble de ces mesures est estimé à environ 35 millions d'euros. Il sera intégré et détaillé dans le financement du programme de campagne qui sera présenté au début du mois de mars", ajoute-t-elle dans son communiqué de campagne.

La réaction et les précisions de Julien Bargeton, l'actuel adjoint chargé des transports à la mairie de Paris ne sont d'ailleurs pas faites attendre : "La gratuité des transports pour les personnes âgées et les personnes en situation de handicap existe déjà à Paris pour les personnes les plus modestes (bénéficiaires d'un minimum social et/ou de la carte Paris Solidarité). Elle s'applique également aux anciens combattants, aux veuves d'anciens combattants, aux veufs et veuves de guerre de 65 ans et plus. Le coût de la carte Emeraude Améthyste est de 40 euros an pour les personnes payant un impôt inférieur ou égal à 2028 euros".


Le maire n'a pas son mot à dire dans les couloirs du métro

Quelques jours plus tôt, NKM s'était attaqué à la politique numérique de la RATP, estimant que la Régie n'allait pas assez vite pour déployer l'internet à haut et très haut débit sur le réseau de transport Transilien. Oubliant de préciser, comme le remarque le blog "" que le maire de Paris n'a aucun pouvoir direct sur le sujet : la municipalité dispose certes d'un siège au conseil d'administration du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif), et peut intervenir sur les horaires du métro et du RER. Mais elle n'a pas son mot à dire sur ce qui se passe dans les couloirs et les tunnels, et donc sur le déploiement de la 3G-4G par exemple.

La seule chose que peut faire le Conseil de Paris est de voter un vœu. C'est d'ailleurs ce qu'il a fait fin 2013, en demandant à la RATP "une exposition la plus basse possible et un réseau mutualisé interopérateurs pour une meilleure gestion".

La Régie a en effet pris de retard dans le déploiement du très haut débit, il serait dû entre autres à des points de discussion litigieux avec les opérateurs de téléphonie mobile.

Pour l’instant, la couverture 3G-4G est effective dans les stations et les trains qui relient le RER A entre les stations La Défense et Gare-de-Lyon. L’ensemble des stations de la ligne 1 du métro, et la plus grande partie des lignes A et B du RER devraient être connectées fin 2014. En juin 2015, ce sera le cas pour 170 stations sur les 300 du réseau. L'ensemble du réseau sera équipé fin 2016.

Nathalie Arensonas