Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France et du Syndicat des transports (Stif) et Guillaume Pepy, président de la SNCF ont inauguré le 4 avril 2014 le premier Francilien sur la ligne J du réseau Transilien. Un geste symbolique de coupure de ruban et un voyage inaugural jusqu'à Ermont (Val d'Oise) qui aura duré 25 minutes.

Le temps d'apprécier une nouvelle fois les qualités de ce train construit par Bombardier, que les usagers des lignes H (82 rames) et P (31 rames fin 2014) connaissent déjà bien. Une intercirculation totale qui le fait ressembler à un métro moderne, de larges portes d'accès pour faciliter les flux, un plancher au niveau du quai, des sièges aux couleurs vives et des éléments de confort qui sont désormais incontournables pour tout mode de transport moderne : un éclairage soigné (à base de LED), la climatisation et la diffusion de vidéos de loisir et d'information sur les écrans vidéo disposés dans chaque rame.
Autre nouveauté, le conducteur peut réarmer le signal d'alarme à distance, ce qui permet de reprendre la circulation plus rapidement en cas de d'utilisation abusive du signal d'alarme, ce qui reste l'une des plaies des trains et des métros.

La livraison de ces 38 trains s'échelonnera jusqu'à l'automne 2015 pour un montant de 380 millions d'euros financés à parité par le Stif et la SNCF. L'arrivée de ce nouveau matériel a nécessité d'importantes adaptations, notamment sur les quais (mise à niveau) et au centre de maintenance Transilien.

Apparu en décembre 2009 sur la ligne H du réseau d'ile de France le Francilien a été commandé par le Stif et la SNCF à 172 unités pour un montant total de 1,85 milliard d'euros. A l'automne 2015, 151 unités circuleront sur les réseaux Paris Nord, Paris Saint-Lazare et Paris Est.

Robert Viennet