Alors qu'elle circulait à Vélib', à Paris, une jeune femme enceinte a été happée le 14 octobre 2010 par un camion qui a tourné sans la voir. Elle était arrêtée au feu, sur une piste cyclable. Le camion l'a heurtée sans la voir. Ses jours ne sont pas en danger, mais elle est très sérieusement blessée.

La cycliste était en fait dans le fameux angle mort qui rend les deux-roues invisibles pour le conducteur d'un poids lourd. S'il s'agit du premier accident de cette nature en 2010, de nombreux autres ont été enregistrés  depuis le développement de l'usage du vélo dans la capitale et d'autres villes françaises (828 accidents France entière entre 2004 et 2007 selon une étude du CETE Normandie-Centre).


Des actions concrètes
contre l'angle mort

Dans un communiqué diffusé le 15 octobre, Jean-Marie Darmian, président du Club des villes et territoires cyclables (CVTC) demande la mise en œuvre de mesures concrètes pour lutter contre les accidents impliquant un poids lourds qui constituent aujourd'hui le risque numéro 1 à vélo, selon l'association de défense du vélo en ville.

Il demande notamment à la Délégation à la sécurité et circulation routière (DSCR) de diffuser le compte-rendu de la première réunion de concertation nationale sur la cohabitation entre véhicules de grand gabarit et usagers vulnérables (piétons et lcyclistes) qui s'est déroulée le 11 février 2010.

Cette réunion demandée par le Club avait réuni l'ensemble des acteurs concernés et les associations d'usagers de la rue. "Les propositions de l'association pourtant accueillies favorablement par la DSCR n'ont fait l'objet d'aucune mise en œuvre", souligne le communiqué.

Le scénario de l'accident vélo impliquant un poids lourds et notamment celui de l'angle mort représente, selon l'étude présentée le 11 février, 39% de ces accidents (lire l'encadré ci-dessous pour télécharger l'étude).

Nathalie Arensonas