Par temps de crise, le gouvernement juge peu opportun d'augmenter la pression fiscale, alors que le gouvernement ne cesse de répéter qu'il n'est pas question d'augmenter les impôts. Pas question d'augmenter de 11 à 20 euros le prix à en croire François Baroin, interrogé le 25 octobre 2010 sur LCI.

"Onze euros, c'étaient les 75 francs de 1986", date de la dernière augmentation du prix des procès-verbaux (PV) de stationnement, a constaté le ministre du Budget. Le produit de ces amendes sert à "financer les politiques de transport en commun, d'aménagement des villes", qui se sont beaucoup développées en 25 ans, a-t-il ajouté.

En précisant toutefois que le nouveau barème serait compris "entre 15 et 20 euros", laissant donc entendre que le gouvernement ne voulait pas aller aussi loin que le souhaitent les parlementaires. Il a ajouté que les décrets d'application seraient pris "d'ici à la fin de l'année".

600 millions d'euros par an

C'est le député UMP Gilles Carrez, rapporteur général du Budget, qui est à l'initiative de cette proposition d'augmenter le prix de l'amende forfaitaire de stationnement. Objectif, encourager les automobilistes à avoir un "comportement vertueux". Car à 11 euros, l'amende ne joue plus son rôle dissuasif, estime le député.
L'amendement a été voté en commission des Finances à l'Assemblée nationale mi-octobre (lire l'article précédent). Selon Gilles Carrez, l'argent des amendes des stationnement représente actuellement 600 millions d'euros par an.

Nathalie Arensonas (avec AFP)