Grenoble, la seconde ville française à avoir réintroduit le tramway en 1987, poursuit le développement de son réseau armature. Cette cinquième ligne, dont la mise en service a pris quelques mois de retard à cause de plusieurs recours administratifs, facilitera les déplacements Nord-Sud à l'intérieur de l'agglomération et l'accès au centre. L'entrée Nord-Ouest de Grenoble est, en effet, empruntée quotidiennement par 130 000 véhicules.

Pour cette première phase, c'est une ligne de 5 kilomètres qui a été mise en service avec cinq rames de tramway. Deux nouvelles viendront compléter le parc en décembre 2014. Cela permettra d'assurer des fréquences de 6 à huit minutes, de 5h30 à 1h15 du matin. Ces rames remplacent les bus de la ligne 1, une des plus chargées du réseau, sur les cours Jean-Jaurès et de la Libération, axe historique de Grenoble.

Un tram qui requalifie

Cette inauguration s'est, comme à l'habitude, accompagnée d'une restructuration du réseau de bus. La ligne 1 de bus subsiste dans sa partie Sud (Claix Pont-Rouge – Grenoble Louise-Michel). Dans la partie Nord-Ouest, elle est remplacée par une ligne temporaire baptisée E, qui subsistera jusqu'en juin 2015, date prévue de la mise en service de la partie Nord-Ouest de la ligne E du tramway (6,5 kilomètres).

Autre nouveauté, la requalification du cours Jean-Jaurès et d'une portion du cours de la Libération qui verront leurs trottoirs élargis à 4,2 mètres en moyenne. Des trottoirs qui seront séparés de la voie de circulation par des places de stationnements.

En septembre prochain, c'est la ligne B du tramway qui sera prolongée sur la presqu'ile de Grenoble qui accueille des entreprises innovantes et l'essentiel des pôles de recherche publique et privée, soit 15 000 emplois.

Actuellement, les quatre lignes du tramway de Grenoble assurent 55% des voyages du réseau, soit 77 millions de voyageurs chaque année. Quand elle sera achevée, la ligne 5 devrait transporter 45 000 voyageurs quotidiennement.

Robert Viennet