est le nom donné au service de location longue durée de vélos pliants, mis en œuvre par le département du Nord. Depuis le 7 juillet 2014, vingt vélos sont à la disposition des abonnés (mensuels ou annuels) circulant dans les périmètres 1 et 2 du réseau Arc-en-ciel. Ces vélos, fabriqués par , sont pliables et dépliables en une seconde grâce au système pop-up. De ce fait, ils sont acceptés à bord des cars. "L'idée est de proposer une solution pour les premiers et derniers kilomètres comme cela se fait en milieu urbain", explique Pierre Ardillier, directeur du service transport au Conseil général. Le principe consiste en la location d'un vélo pour une durée maximale de 12 mois et d'une durée minium de 1 mois. Autres conditions imposées : il faut posséder une carte PassPass nominative, être âgé de 14 ans et plus, et voyager sur une ligne forte du périmètre.

Appel à projets mobilités

Ce service de location de vélos en longue durée est l'une des vingt actions retenues par le Conseil général pour alimenter son schéma sur les transports et la voirie. "Celui-ci, adopté il y a un an, a été entièrement construit avec les Nordistes au travers d'ateliers citoyens". Un appel à projets à également été organisé de mi-2012 à mi-2013, et a recueilli 55 propositions. "Nous souhaitions savoir si, au-delà des solutions de déplacement traditionnelles (voirie, réseaux de transport collectif), il y en avait d'autres qui permettent d'avoir une offre de mobilité la plus large possible", poursuit le responsable. Les propositions retenues portent essentiellement sur les mobilités actives ou alternatives à l'usage de la voiture. V'Nord est l'une d'entre elles, imaginée par deux des quatre délégataires opérant le réseau Arc-en-ciel.

Autopartage

Parmi les autres autres actions retenues, figure la mise à disposition de deux véhicules électriques en autopartage. Cette solution a été proposée aux habitants d'une résidence gérée par un bailleur social à Marcq-en-Baroeul et Loos. "L'intérêt de l'appel à projets est de mener des expérimentations pragmatiques. Cela nous permet d'étudier le fonctionnement de l'autopartage en milieu interurbain", précise Pierre Ardillier. Les autres propositions portent sur l'organisation de transports à la demande par les communautés de communes, l'aménagement de pistes cyclables, la valorisation des déplacements piétons à Dunkerque. Enfin, l'un des délégataires a proposé la création d'une nouvelle ligne express entre Dunkerque et Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais. Pour cofinancer ces actions, le Conseil général a débloqué un projet de 750 000 euros.

9,5 millions de passagers

Le réseau Arc-en-ciel est exploité depuis quatre ans dans le cadre d'une délégation de service public (DSP) qui s'achèvera en 2018. Ce contrat a été confié à quatre groupements momentanés d'entreprises (GME), chacun d'entre eux étant en charge d'un secteur géographique défini. Ce découpage permet de préserver un équilibre et une cohérence entre la population et le développement territorial. C'est aussi un moyen technique pour rationaliser l'organisation du réseau et réaliser des économies d'échelle. Aujourd'hui, ce réseau est constitué de 125 lignes régulières, dont six lignes express. L'année dernière, 9,5 millions de personnes l'ont emprunté.