2,1 millions d’euros, c’est la perte de recettes annuelles de Tisséo liées à l’augmentation de la TVA de 7 à 10% au 1er janvier 2014. Pour compenser cette perte, le comité syndical de Tisséo-SMTC, le syndicat mixte de transports en commun de l'agglomération toulousaine, a voté, le 9 juillet 2014, une évolution des tarifs à partir du 1er septembre 2014. "L’enjeu est de ne pas baisser nos capacités financières. L’évolution des tarifs devrait nous permettre de revenir au point d’équilibre. Elle devrait nous rapporter 800 000 euros de recettes supplémentaires en 2014, et 2,1 millions en année pleine en 2015", précise Jean-Michel Lattes, président de Tisséo-SMTC, et premier adjoint au maire de Toulouse en charge des déplacements.

Les abonnements visés

Le comité syndical de Tisséo a calculé que la recette moyenne par déplacement, s’élève, aujourd’hui, à 0,56 euro, soit deux centimes de moins qu’en 2013, et 10 centimes de moins qu’en 2007. Cela représente une baisse de 15% en sept ans. Durant la même période, les prix à la consommation ont augmenté de 8,6%, et le prix du litre de gazole de 14%.
Ainsi, l’abonnement mensuel tous publics passe de 43,80 à 46,80 euros, soit une augmentation de 6,84%. Cependant, tous les tarifs n’augmentent pas : le prix du ticket 1 déplacement et les titres jeunes - le ticket 10 déplacements, l’abonnement mensuel et annuel, restent inchangés. "Nous avons fait le choix d’augmenter les abonnements car la moitié du prix est pris en charge par l’entreprise", explique Jean-Michel Lattes, qui préside le comité syndical de Tisséo-SMTC.


Des projets arrêtés

Parallèlement, Jean-Michel Lattes étudie plusieurs leviers pour préserver les capacités de développement du réseau. Parmi les solutions envisagées, le redéploiement des projets transports. Le comité syndical aura à se prononcer, au mois de septembre, sur l’arrêt du prolongement du tramway (économie estimée de 400 millions d’euros) et celui du téléphérique Aérotram (entre 44 et 80 millions selon les sources), mais aussi la réorientation du projet de bus à haut niveau de service (BHNS) Plaisance-Tournefeuille pour le connecter directement à Basso Cambo, terminus du métro la ligne A.
Ces économies permettraient ainsi de financer la troisième ligne de métro auquel tient Jean-Luc Moudenc, le nouveau maire de Toulouse et président la Communauté urbaine. Cette ligne ciblée sur l’univers professionnel, en premier lieu Airbus et ses filiales, en est encore dans une phase prospective.

Une politique tarifaire à l'étude

Jean-Michel Lattes est, également, convaincu que Tisséo peut réaliser des économies de structure sur le bureau d’études et le réeau. Autre levier en réflexion, l’évolution de la pratique tarifaire. Il s’agirait de prendre en compte les revenus des personnes, et non leur statut social comme aujourd’hui. Par exemple, les plus de 65 ans bénéficient automatiquement de la gratuité dans les transports alors que certains ont de confortables revenus. "Nous allons faire des projections de recettes et étudier les différentes options, explique Jean-Michel Lattes. Cette évolution tarifaire serait un moyen de faire participer les usagers au développement du réseau."