"Nous sommes maintenant une compagnie sud-africaine", a plaisanté Marc Granger, directeur général de Gibela, co-entreprise détenue par (61%) et des partenaires locaux (39%) – Ubumbano Rail et New Africa Rail. Le contrat finalisé, fin juillet 2014, entre Gibela et l’agence publique chargée des transports de voyageurs en Afrique du Sud, Prasa (Passenger Rail Agency South Africa), représente une valeur de 4 milliards d’euros, un chiffre historique pour Alstom Transport.

Dans le détail, l’accord prévoit les prestations suivantes :
- la fourniture de 600 trains périurbains de , soit 3600 voitures sur dix ans ;
- la construction d’un site de fabrication à Dunottar (600 000 m2 situé à 50 kilomètres à l’est de Johannesburg) ;
- la fourniture de pièces détachées sur une période de 18 ans ;
- une assistance technique

Du made in South Africa

Les trains fournis sont spécialement adaptés à l’écartement des voies en vigueur en Afrique du Sud (1067 mm). Les 20 premières rames seront produites sur le site Alstom de Lapa au Brésil. Le reste sera assemblé sur le nouveau site de Dunottar qui accueillera également un centre d’ingénierie et de formation. Prasa exigeait d’atteindre 65% de composants locaux, Alstom prévoit de parvenir à terme, à 70%.

Néanmoins, l’entreprise annonce que les sites français d’Ornan, Tarbes, Le Creusot, Reichshoffen, Villeurbanne et Siant-Ouen participeront à la production des trains. Même chose pour le site italien de Sesto et celui de Charleroi en Belgique.

Le premier train doit être livré à la mi-2016. Alstom espère participer encore davantage au vaste plan de modernisation du système ferroviaire en Afrique du Sud et lorgne déjà sur la deuxième tranche de 600 trains annoncée par Prasa.

Florence Guernalec